22 octobre 2020
-
Par La Matria Fest
#61
Playlist de La Matria Fest
#61

La Matria Fest est une pla­te­forme chi­lienne pour pro­jets musi­caux impul­sés par des femmes, où tous les genres par­ti­cipent sans exclu­sion. Ce pro­jet se pro­pose d’amplifier les voix des femmes et du mili­tan­tisme dans l’industrie musicale.

A deux jours du réfé­ren­dum où les chi­liens déci­de­ront s’ils lancent le pro­ces­sus de révi­sion consti­tu­tion­nelle – le 25 octobre 2020 – #Aux­Sons par­tage la play­list fémi­niste et mili­tante de La Matria Fest qui docu­mente les sons de la résistance.

 

1. Cami­la More­no – Que­me­mos El Reino 

« Que­re­mos El Rei­no a été com­po­sée en mars der­nier dans de le cadre des mani­fes­ta­tions mon­diales du 8 mars, au moment de la créa­tion du Col­lec­tif des Tra­vailleuses de la Musique et Dis­si­dence, dont Cami­la fait par­tie en tant que porte parole politique. »

« Une chan­son fémi­niste, une invi­ta­tion aux amies pour allu­mer un feu après tant de dou­leur. C’est une prière, une litur­gie. C’est aus­si une réflexion sur l’appartenance à la terre et au paga­nisme, et en même temps la convic­tion que la poli­tique, la phi­lo­so­phie et l’amour sont tota­le­ment unis. » Cami­la Moreno

 

2. Yor­ka – La Can­ción Es Protesta 

 « Cette chan­son a été enre­gis­trée pour la com­pi­la­tion ” Fue­go : can­ciones de emer­gen­cia ” (Feu : chan­sons de l’urgence). Elle est ins­pi­rée de ces chan­sons qui racontent des his­toires pour rendre compte de la grande His­toire, et lais­ser un témoi­gnage de notre contexte actuel. Le disque regroupe 10 chan­sons com­po­sées par des jeunes de moins de 25 ans qui chantent l’explosion sociale que vit le Chi­li depuis octobre 2019. »

 

3. Ana Tijoux – Anti­fa­dance 

 « En 2019, le Chi­li se joi­gnait au reste du monde par un sou­lè­ve­ment social qui fai­sait à nou­veau pen­cher la balance du côté de la majo­ri­té, celle des tra­vailleurs. Hong Kong résis­tait sur l’asphalte depuis 3 mois de mobi­li­sa­tion, les reven­di­ca­tions liba­naises étaient simi­laires aux doléances chi­liennes, la Boli­vie vivait un coup d’état dégui­sé, l’Algérie chan­geait de gou­ver­ne­ment grâce à la pres­sion popu­laire… L’actualité c’était aus­si Hai­ti, Hon­du­ras, la Colom­bie, l’occupation des terres kurdes, et le déman­tè­le­ment du pro­jet Roja­va… Per­sonne ne pou­vait ima­gi­ner qu’avant la fin du pre­mier quart de 2020, on nous enfer­me­rait chez nous devant la menace d’une pan­dé­mie mon­diale, juste au moment où la contes­ta­tion popu­laire retrou­vait tout son sens. C’est dans ce cadre qu’Ana Tijoux revient avec son titre « Anti­fa Dance », une chan­son char­gée de cri­tique sociale. »

« Contre l’autoritarisme, la haine impla­cable de l’autre, nous retour­nons à l’art, dans toute sa puis­sance. L’Art qui est char­gé de musique et de cou­leurs. L’Art qui répond par la danse, un mou­ve­ment orga­ni­sé de splen­dide rébel­lion. » Ana Tijoux

 

4. Paz Court – Paja­rillo Negro

« Un chant d’histoires entre­la­cées qui élève la voix pour les femmes et leur rôle dif­fi­cile dans le monde. Avec une ins­tru­men­ta­tion net­te­ment andine, qui rap­pelle Vio­le­ta Par­ra, Paja­rillo Negro raconte des his­toires de femmes qui convergent vers une figure com­mune : un oiseau aux ailes cou­pées par les cir­cons­tances de la vie. La fra­gi­li­té de l’oiseau se mue dans la force d’une chan­son épique de pro­tes­ta­tion, dénon­çant les dif­fi­cul­tés que les femmes tra­versent depuis des années dans leur lutte pour l’é­ga­li­té et le respect. »

 

5. Catár­ti­ca Ani­mal – Resis­to 

« Cette chan­son fait par­tie du pre­mier EP de Catár­ti­ca Ani­mal “Sol­tar” (2018), ins­pi­ré par le  mou­ve­ment fémi­niste chi­lien et lati­no-amé­ri­cain. Il raconte la réa­li­té des femmes dans la socié­té actuelle, ques­tionne les canons de beau­té impo­sés par le patriar­cat, et rend visible les vio­lences his­to­riques de genres qui se sont per­pé­tuées tout au long des siècles. Cette chan­son nous invite à bri­ser les bar­rières impo­sées, à aban­don­ner la peur et à mesu­rer l’am­pleur de notre force indi­vi­duelle et col­lec­tive, qui nous aide­ra à transformer. »

 

6. Mon Laferte – Pla­ta ta tá

« La chan­teuse fait son entrée dans la musique urbaine en expri­mant le mécon­ten­te­ment qu’elle avait déjà mon­tré par la parole et l’ac­tion au Latin Gram­my Awards de novembre 2019, en plein sou­lè­ve­ment social chi­lien. Elle emploie les rythmes et sono­ri­tés les plus actuelles et mas­si­ve­ment écou­tées pour arti­cu­ler un dis­cours d’ac­tua­li­té qui s’a­dresse à des mil­lions de latinos. »

 

7. Natisú – Somos La Resistencia

« Ce titre fait par­tie des chan­sons de contes­ta­tion de ce Chi­li qui se sou­lève. Natisú et sa chan­son “Nous sommes la résis­tance”, dont le clip est fil­mé aux abords de la Place de la Digni­té à San­tia­go, lancent un appel à résis­ter uni.e.s, au cœur de l’explosion sociale. »

 

8. Mariel Mariel feat. Ceci­lia “La Incom­pa­rable” – Sacar Los Tambores 

« Mariel Mariel et Ceci­lia « L’incomparable » joignent leurs talents sur cette chan­son qui reflète les voix fémi­nines des mobi­li­sa­tions actuelles. Les chan­teuses appellent à ne pas se taire : « Femmes, amies ! Il faut sor­tir les tam­bours ! » Les paroles parlent d’abus, de men­songe, d’impunité, d’hypocrisie et d’égoïsme. Le titre est com­po­sé par Andrés Lan­dom et Mariel Mariel qui ajou­ta ses rimes et son flow aux beats de Chris­to­pher Manhey. »

 

 

9. Eve­lyn Cor­ne­jo – La Chus­ma Inconsciente

« Avec son chant char­gé des sono­ri­tés de la musique popu­laire, ce disque repré­sente un voyage d’amour et d’utopie qui redé­couvre notre Amé­rique. On nous montre un par­cours dif­fé­rent de celui que l’on connaît. Dans ce nou­veau disque il ne s’agit pas seule­ment du voyage entre la pro­vince et la métro­pole, mais aus­si d’un hom­mage à dif­fé­rentes géo­gra­phies avec le bole­ro, le joro­po, la bos­sa nova, la tro­va, etc… »

 

10. Pas­cua­la Ila­ba­ca – Com­pañe­ras Al Compás

« Cette chan­son est née juste après l’agression bru­tale de l’ancienne porte-parole du mou­ve­ment 8M, Pame­la Contre­ras, lors d’une mani­fes­ta­tion dans le contexte de l’ex­plo­sion sociale en 2020. » 

« Cette chan­son m’a don­né du cou­rage un jour de grande tris­tesse, c’est pour­quoi je la par­tage. Les femmes, nous ne lâchons jamais rien, et mal­gré cela, les reven­di­ca­tions fémi­nistes avancent très len­te­ment dans l’Histoire. Nous devons nous don­ner beau­coup de cou­rage les unes aux autres, les chan­sons et la ten­dresse sont essen­tiels dans cette lutte. » Pas­cua­la Ilabaca

 

La Matria Fest

Actrice et char­gée de pro­jets cultu­rel, Mar­ti­na Val­la­dares Fischer se dédie à la pro­duc­tion dans le milieu audio­vi­suel, théâ­trale et musi­cal. Depuis 2016 elle est mana­geuse de la chan­teuse chi­lienne Mariel Mariel. En Sep­tembre 2017 elle co-fonde La Matria Fest, une pla­te­forme pour pro­jets musi­caux impul­sés par des femmes, où tous les genres par­ti­cipent sans exclu­sion. Un pro­jet qui se pro­pose d’amplifier les voix des femmes dans l’industrie musicale.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.