13 août 2020
-
Par Festival « Les Suds à Arles »
#50
Playlist du Festival « Les Suds à Arles »
#50

« C’est un choix sub­jec­tif, mais repré­sen­ta­tif de la diver­si­té des ori­gines géo­gra­phiques des artistes pro­gram­més lors de ces 25 édi­tions, et de leurs dif­fé­rents styles musi­caux. »

 

1. Gacha Empe­ga, Manu Thé­ron, Sam Kar­pie­na, Bar­ba­ra Hugo - Adieu Paure Car­na­vas 

«  En 1997 Manu Thé­ron invente les poly­pho­nies occi­tanes avec Bar­ba­ra Hugo et Sam Kar­pie­na (Dupain, De la Crau). il crée­ra par la suite Lo Cor de la Pla­na, Sir­ventes et Mada­le­na. C’est un beau com­pa­gnon­nage depuis le début du fes­ti­val. »

2. Danyèl Waro – Mad­linn

« La Réunion, le maloya. Un des plus puis­sants, des plus émou­vants, un des plus grands musi­ciens vivants. »

3. War­saw Vil­lage Band – In The Forest

« Pologne, pro­gram­mé en 2005 au Théâtre Antique pour la 10e édi­tion. Ils qua­li­fient eux-même leur musique de “bio tech­no”. Pour nous c’est aus­si une « caval­cade païenne ».

4. Flo­ri­ce­da Faez, Can­di­da Faez – Flor de ven­gan­za

« Les deux déli­cieuses mamies cubaines et leur très beau réper­toire. »

5. Pas­cals - Rib­bon Four-Four Time

« une dou­zaine de musi­ciens japo­nais, plus un MC roots et déca­lé, ins­pi­rés par Pas­cal Come­lade. La vidéo est faite aux Suds aux Moments Pré­cieux cour de l’Archevêché, en 2006. »

6. Rocio Mar­quez – Luz De Luna

« une jeune femme déjà “grande dame” du fla­men­co, inno­va­trice, pro­li­fique, appa­rue lors d’un concert mémo­rable au Théâtre Antique en 2010. »

7. Le Trio Jou­bran – Majâz

« D’abord en duo aux Moments Pré­cieux, nous avons sui­vi et pro­gram­mé régu­liè­re­ment les trois frères pales­ti­niens, talen­tueux. Ils jouaient sur la scène du Théâtre Antique avec Mah­moud Dar­wich pour son der­nier réci­tal en 2008. »

8. Mer­cedes Peon  – Deixaas

« Pro­gram­mée aux Suds à plu­sieurs reprises en for­ma­tion tra­di­tion­nelle, ou en solo par­fois élec­tro :  puis­sance et pro­fon­deur du chant de la musi­cienne gali­cienne. »

9. Speed Cara­van – Orgas­mo­cra­cy

« Meh­di Had­dab et Pas­co : Oud et basse élec­trique : la musique du magh­reb dans sa forme sub­ver­sive. »

10. BCUC (Ban­tu Conti­nua Uru­ru Conscious­ness) - Yinde

« Ener­gie, créa­ti­vi­té de la musique urbaine de Sowe­to. »

Festival « Les Suds à Arles »

Marie José Jus­ta­mond

For­te­ment impli­quée dans le milieu cultu­rel, Marie José Jus­ta­mond s’est d’abord tour­née vers la pho­to­gra­phie ; elle a été res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion des Ren­contres Inter­na­tio­nales de la Pho­to­gra­phie à Arles de 1977 à 1989.

Son ancrage « sudiste » et sa pas­sion pour les cultures du Sud l’ont ame­née à tra­vailler en tant qu’attachée de presse, conseillère artis­tique ou pro­duc­trice pour des ins­ti­tu­tions et des asso­cia­tions telles que le Théâtre de Nîmes, la Ville de Nîmes, les Edi­tions Mar­val… Pho­to­gra­phie, tau­ro­ma­chie, fla­men­co et plus lar­ge­ment musique, ses uni­vers de pré­di­lec­tion s’entrecroisent et c’est tout natu­rel­le­ment qu’elle prend la pro­duc­tion exé­cu­tive du fes­ti­val Mosaïque Gitane, à Nîmes puis à Arles, entre 1990 et 1995.

Elle fonde et dirige SUDS, à ARLES depuis sa créa­tion en 1996 jusqu’en décembre 2018. Elle en est actuel­le­ment la Pré­si­dente. Sté­phane Kras­niews­ki en est le Direc­teur.

S’appuyant sur un écrin patri­mo­nial excep­tion­nel, ce Fes­ti­val de musiques du monde donne à décou­vrir le temps d’une semaine en juillet, toutes les cultures. C’est ain­si que SUDS, à ARLES fut la pre­mière grande scène fran­çaise de Goran Bre­go­vic (1999) et a per­mis de décou­vrir des artistes encore mécon­nus en France comme le duo mexi­cain Rodri­go & Gabrie­la (2009), la can­tao­ra Rocío Mar­quez (2010) ou Sil­via Per­ez Cruz (2013). Sans oublier la pro­gram­ma­tion régu­lière des artistes des Pays d’Oc, de Bre­tagne ou du Pays Basque.

Le majes­tueux Théâtre Antique est aus­si le cadre magique pour le spec­tacle qaw­wa­li-fla­men­co avec Faiz Ali Faiz, Chi­cue­lo et Miguel Pove­da (2004) ou des artistes d’envergure inter­na­tio­nale comme Enrique Morente (1998), Ravi & Anou­sh­ka Shan­kar (2005), Mah­moud Dar­wich (2008), Cesa­ria Evo­ra (1997 et 2009), le Bue­na Vis­ta Social Club (2015) ou Jor­di Savall (accueilli au Musée dépar­te­men­tal Arles Antique en 2017).

À l’année et sur le ter­ri­toire, SUDS à ARLES déve­loppe des actions en matière de pra­tique et de sen­si­bi­li­sa­tion artis­tiques impli­quant des publics spé­ci­fiques : habi­tants des quar­tiers ou de zone rurale, milieu sco­laire, uni­vers car­cé­ral… et déve­loppe des pro­duc­tions ori­gi­nales créées à l’international, notam­ment en Médi­ter­ra­née. Aller-retour dia­lec­tique entre local et uni­ver­sel, sin­gu­lier et plu­riel.

Grâce aux nom­breuses col­la­bo­ra­tions ter­ri­to­riales et/ou inter­na­tio­nales : Fon­da­tion LUMA, Actes Sud/Le Méjan, les musées dépar­te­men­taux, l’École Natio­nale Supé­rieure de la Pho­to­gra­phie ; aux réseaux pro­fes­sion­nels : Zone Franche, Forum of World­wide Musics Fes­ti­vals, à l’occasion du Womex et de Babel Med, des musiques d’ici aux musiques d’ailleurs, Les Suds donnent à décou­vrir des artistes talen­tueux, cap­ti­vants, sédui­sants le plus grand nombre. C’est ici la musique de l’histoire des peuples qui est expo­sée, la musique de leurs actua­li­tés géo­po­li­tiques, et de la diver­si­té des cultures.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.