« Toutes ces femmes sont différentes ! Leur point commun est qu’elles n’ont pas peur de montrer leurs personnalités, de s’imposer et surtout d’être fidèles à elles-mêmes. Même, pour certaines, dans les durs moment de leur vie » "/> Playlist de Christine Salem - #AuxSons
#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire
20 janvier 2021
-
Par Christine Salem
#76
Playlist de Christine Salem
#76

« Toutes ces femmes sont dif­fé­rentes ! Leur point com­mun est qu’elles n’ont pas peur de mon­trer leurs per­son­na­li­tés, de s’imposer et sur­tout d’être fidèles à elles-mêmes. Même, pour cer­taines, dans les durs moment de leur vie. » 

 

1. Rober­ta Flack : Killing Me Softly

2. Nina Simone : Aint Got No, I Got Life 

3. Sweet Honey in the Rock : Wade in the Water 

4. Sona Jobar­teh : Gam­bia 

5. Cesa­ria Evo­ra : Petit Pays 

6. Rose­ma­ry Stand­ley & Dom la Nena : Séga Jac­quot 

7. Big Mama Thorn­ton : Hound Dog 

8. Big Mama Thorn­ton : Down Home Shakedown

9. Calyp­so Rose : Calyp­so Queen

10. Sis­ter Rose­ta Tharpe : Strange Thing Hap­pen Eve­ry Day

 

 

Christine Salem

Christine Salem © Frank Loriou
Christine Salem © Frank Loriou

Depuis ses débuts pro­fes­sion­nels au tout début des années 2000, Chris­tine Salem s’est impo­sée comme une grande voix du maloya réunion­nais. Ancienne cham­pionne de foot­ball et tra­vailleuse sociale jusqu’en 2012, Chris­tine Salem porte avec force et géné­ro­si­té la spi­ri­tua­li­té métisse de cette musique de transe et la conscience de ses racines afri­caines. Au cœur du groupe Salem Tra­di­tion, puis en soliste à par­tir de 2016, elle allie tra­di­tions et com­bats per­son­nels. Elle a mêlé des per­cus­sions d’Afrique de l’Ouest aux ins­tru­ments de son île, sou­li­gné la proxi­mi­té du blues et du maloya, notam­ment avec son rap­pro­che­ment avec le gui­ta­riste élec­tri­sant Sébas­tien Mar­tel, (M. Camille, Femi Kuti, Gene­ral Elek­triks…) pro­duc­teur de ses albums solo, Larg Pa Lo Kor en 2015 et Mer­si en 2020. Sur ce der­nier, aux per­cus­sions et gui­tares, Chris­tine Salem incor­pore la dou­ceur et l’expressivité sen­sible du vio­lon du com­po­si­teur sym­pho­nique Fré­dé­ric Norel. Elle dénonce la vio­lence conju­gale ou celle des extré­mistes reli­gieux qui a notam­ment frap­pé en 2015 au Bata­clan et chante l’amour avec tout autant de puissance. 

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.