#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
Lo Cor de la Plana 2003 © B.M. -

Evolutions et révolutions en Pays d’OC - épisode 1 : Particularités et antécédents

Les héritiers des troubadours du Moyen-Age manient toujours une langue riche, chantante et fertile en imaginaires. Loin de tout folklorisme, les artistes des pays d’Oc font évoluer chaque jour une poésie et une musicalité qui ne cessent de se frotter au monde actuel. Depuis la fin des années soixante, les musiciens des pays d’Oc ont eu a cœur de défendre une langue minorisée et de réinventer ses paysages, affirmant ainsi sa perpétuelle contemporanéité.

Les années 2020 semblent ouvrir encore davantage le champs des possibles, mais avant d’esquisser l’actuel état des lieux, il revient d’en décrire certaines particularités et antécédents.

Contrairement aux cultures bretonnes, corses, basques ou catalanes les expressions artistiques des pays d’Oc ne sont pas liées à un territoire homogène. La région (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) à laquelle le gouvernement français a apposé en 2016 le nom d’Occitanie ne représente que 10% d’une aire linguistique qui s’étend du Limousin au pays Niçois, en passant par l’Auvergne, la Provence et même certaines régions d’Italie ou d’Espagne. Le terme Occitanie est de ce fait devenu polémique pour certains de ces acteurs qui préfèrent parler de langue et de culture des pays d’Oc. S’il existe une certaine unité, de nombreuses variantes existent dans l’usage de la langue et les pratiques artistiques.

 

Jordan Saisset, musicien, journaliste et membre du CIRDOC (Centre International de Recherche et de Documentation Occitanes) précise : « C’est une langue qui n’a pas été fixée, elle a conservé plein de dialectes avec des logiques propres. Un Béarnais et un Languedocien se comprennent mais moi, qui viens du Minervois, je serais bien incapable d’écrire en béarnais. » 

La langue d’oc qui a autant inspiré la langue anglaise que le français a été ostracisée par l’État et a bien failli disparaître après la première guerre mondiale. Jordan Saisset : « L’école a interdit l’occitan, mais elle est revenue par l’école dans les années 60/70, ce sont des profs qui ont ramené l’occitan. »

Selon Guillaume Lopez, chanteur et joueur de fifre toulousain, la langue possède de véritables qualités musicales : « Je me régale de jouer avec les mots, elle a un côté très rythmique et des sonorités qui font voyager En Gascon il va neiger se prononce que ba neba (mais s’écrit que va nevar) Que ba neba, on ne sait pas d’où ça vient, ça pourrait ressembler à un dialecte africain »

Le musicien arlésien Henri Maquet surenchérit : «  Dans la langue d’Oc on trouve beaucoup d’accents toniques ou de diphtongue, il y a aussi des capacités métaphoriques plus élevées que le français. Tu peux notamment transformer n’importe quel nom commun ou propre en verbe, en mettant le suffixe ja à la fin de n’importe quel mot. Il y a un aspect poétique et un patrimoine culturel qui se véhiculent dans cette langue et aussi un aspect militant sur la diversité culturelle.*»

 

C’est sans doute par cet engagement pour une langue et une culture riche mais méprisée par l’État centraliste que les musiciens des pays d’Oc se sont ouverts à d’autres expressions souvent alternatives et minorisées.

D’autre part et contrairement au rock ou à la pop par exemple, l’histoire des musiques des pays d’Oc n’a pas évolué par ruptures face aux partis pris sociaux, politiques ou culturels apportés par les générations qui les ont précédés.

 

Les années 70-90

A la fin des années 60, inspirés par le mouvement folk mondial, les musiciens de ces régions ; notamment Mont Joia en Provence, Jan Dau Melhau en Limousin ou Claude Marti de Carcassonne; sont allés chercher mélodies, textes, instruments et pratiques de leurs ancêtres pour y apporter des idées neuves.

Jan-Mari Carlotti - A Sant Jan

 

 

Les artistes des années soixante-dix ont donné exemple à ceux des années 80 qui, tout en puisant dans les répertoires collectés lors de la décennie précédente, ont à leur tour ajouté des éléments exogènes : la culture jamaïcaine pour Massilia Sound System ou l’human beatboxing et les joutes poétiques des repentistes brésiliens pour les Fabulous Trobadors à Toulouse ou les improvisations jazz des Gascons Bernard Lubat ou André Minvielle.

Rituelle distribution de pastis lors d’un concert de Massilia Sound System

 

 

Ces formations emblématiques auxquelles il tient d’ajouter le groupe traditionnel La Talvera du Tarn, ont à cette époque revivifié la création des pays d’Oc, tout en affirmant et appliquant une philosophie sociale et politique. Basée sur les valeurs du vivre ensemble, de la convivialité et de l’entraide cassant ainsi les barrières hiérarchisées des musiciens vis à vis de leur public, à mille lieux des attitudes élitistes du show business. Ils se revendiquent du concept de Linha Imaginòt, inventé par le poète Felix Castan et développé par Claude Sicre de Fabulous Trobadors, qui au contraire de la ligne de fortification Maginot dessine une territorialité ouverte, étendue et plurielle où l’imagination est reine.

Fabulous Trobadors - Lo Babau

 

Les années 2000-2010

En 1997, les marseillais Barbara Ugo, Sam Karpienia et Manu Théron de Gacha Empega ont popularisé le chant polyphonique, absent de ces traditions. Leur premier et unique album, Polyphonies Marseillaise, enregistré en 1998 et mixé par des membres de Massilia Sound System est un choc dont l’onde traverse tout le pays d’Oc.

Après le départ de Barbara Ugo, en 2000, Sam Karpienia crée le trio Dupain (chant-mandole, vielle à roue, percussions) où des chants inspirés des répertoires ouvriers en langue d’oc se mêlent à des influences du flamenco comme du chaâbi algérien ou du rock alternatif.

 

En 2001, Manu Théron fonde Lo Còr de la Plana, chœur masculin polyphonique s’accompagnant de percussions du Maghreb ou du Sud de l’Italie. Ces deux groupes ont suscité des vocations et encouragé des artistes débutants.

Romain Baudoin, membre fondateur de la Familha Artús, fondé en 2000, se souvient : « Quand Dupain est arrivé on a halluciné, on adorait déjà Gacha Empega. Sam et Manu sont un peu nos grands frères. » Cofondatrice en 2014 avec Caroline Dufau, du groupe féminin toulousain de chants et tambourins à cordes Cocanha et chanteuse-batteuse du duo Choc Gazl avec le guitariste improvisateur Nicolas Lafourest, Lila Fraysse témoigne : « Quand j’ai vu Lo Còr en concert je me suis pris une belle claque, ça me parlait vraiment parce que ça rejoignait mon plaisir du chant collectif complètement ouvert. »

Lo Còr de la Plana

 

De nombreuses formations travaillent aujourd’hui le chant choral. Crée fin 2001, le chœur féminin du minervois, La Mal Coiffée, profite de l’intérêt suscité par Lo Còr de la Plana au début de sa carrière. Vox Bigerri quartet polyphonique de Tarbes fondé en 2004, explore aussi bien des chants des pays d’oc pyrénéens ou béarnais que les traditions vocales basques ou catalanes. Les Corréziens de San Salvador, distingués en 2021 d’une Victoire de la Musique catégorie musiques du monde, est un sextet mixte de chants polyphoniques et de percussions. Leurs compositions originales, dont les rythmes s’acheminent vers la transe, sont basées sur des textes anciens en patois limousin. Enfin Barrut, basé dans l’Héraut, réunit quatre hommes et 3 femmes depuis 2013 et travaille un matériau essentiellement original, textes et compositions (en concert le 25 mars à Babel Music XP à Marseille).

Mais les axes de développement des musiques des pays d’oc se multiplient en intégrant d’autres pratiques venues d’autre pays et univers musicaux.

* Extrait d’un article du blog Plein Suds sur Médiapart

 

Episode 2 : 2021-2022, des années charnières

 

 

 

benjamin MiNiMuM

Benjamin MiNiMuM © Ida Wa
©ida Wa

 

Benjamin MiNiMuM a été le rédacteur en chef de Mondomix, à la fois plateforme internet et magazine papier qui a animé la communauté des musiques du Monde de 1998 à 2014.

Il est depuis resté attentif à l’évolution de la vie musicale et des enjeux de la diversité, tout en travaillant sur différents projets journalistiques et artistiques. Il a rejoint l’équipe rédactionnelle de #AuxSons en avril 2020.

 

 

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.