#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
Jazzday Format Carre (17)

Anya fête la Journée Internationale du Jazz avec les projets “Musika” et “Femmes du Jazz en Afrique”

Jazz Day

Dési­gnée par l’UNESCO en 2011, la Jour­née inter­na­tio­nale du Jazz a lieu chaque année le 30 avril et a pour but de rap­pe­ler l’im­por­tance artis­tique du jazz, ses racines et son impact mon­dial sur le déve­lop­pe­ment culturel.

A cette occa­sion, dans le cadre du Pro­gramme « Musi­ka – La Musique comme moteur du déve­lop­pe­ment durable au Maroc », le bureau de l’UNESCO pour le Magh­reb, Anya et la Fon­da­tion Hiba ont orga­ni­sé une rési­dence d’ar­tistes “La Rési’­Jazz”, qui a per­mis la pro­duc­tion d’une oeuvre musi­cale liée au jazz.

Le vio­lo­niste renom­mé Zied Zoua­ri et l’aoudiste et musi­co­logue Ham­di Makh­louf de Tuni­sie accom­pa­gnés des deux artistes maro­cains Amine Bli­ha, aux per­cus­sions et Habi­ba Rya­hi au qanun, ont ain­si pu pro­duire une oeuvre unique, qui fut pré­sen­tée le 30 avril 2021 en live sur Face­book et qui est désor­mais dis­po­nible sur la chaîne You­Tube d’Anya.

 

 

Cette repré­sen­ta­tion a eu lieu au terme d’une confé­rence-débat, où plu­sieurs artistes et pro­fes­sion­nels du jazz et plus lar­ge­ment de la musique impro­vi­sée ont été invi­tés à dis­cu­ter autour du sujet « Quelle place pour le jazz et l’improvisation au sein des musique actuelles au Magh­reb ? », qui a per­mis d’évoquer tour à tour la ques­tion de la pra­tique actuelle du jazz et de la musique impro­vi­sée mais aus­si les moyens actuels pour les artistes de jazz de se pro­duire, entre fes­ti­vals et digital.

 

Musika, la musique comme moteur de développement durable au Maroc

La musique comme moteur du déve­lop­pe­ment durable au Maroc, est un pro­jet por­té par UNESCO Magh­reb et le Minis­tère de la Culture, de la Jeu­nesse et des sports, finan­cé par le Gou­ver­ne­ment alle­mand et réa­li­sé par Anya & Fon­da­tion Hiba. L’ambition est de contri­buer au déve­lop­pe­ment de la chaîne de valeur de l’industrie musi­cale au Maroc en créant de nou­velles oppor­tu­ni­tés d’emploi et de reve­nus pour les jeunes, et de par­ti­ci­per ain­si au déve­lop­pe­ment durable du pays. Le pro­jet vise l’amélioration des sys­tèmes de gou­ver­nance du sec­teur de la musique au Maroc en ren­for­çant les capa­ci­tés humaines et ins­ti­tu­tion­nelles, les infra­struc­tures cultu­relles et les cadres régle­men­taires et politiques.

Tout au long du dérou­le­ment de ce pro­gramme, plu­sieurs actions de grande enver­gure ont eu lieu comme des rési­dences d’ar­tistes avec ses­sions de coa­ching et d’en­re­gis­tre­ment, des cours d’é­veil musi­cal dans plu­sieurs école du Maroc et la célé­bra­tion de la Jour­née Inter­na­tio­nale du Jazz.

Dans le cadre du pro­jet, trois acti­vi­tés ont été mises en place :

L’orga­ni­sa­tion de ses­sions d’enregistrement et de coa­ching en rési­dence d’artistes à des­ti­na­tion de 12 jeunes groupes de musique maro­cains, afin de ren­for­cer leurs capa­ci­tés, d’augmenter leurs reve­nus et de mettre à niveau la qua­li­té artistique.

- Des cours d’éveil musi­cal à des­ti­na­tion de 90 enfants (de 7 à 10 ans) dans les villes maro­caines de Tan­ger, Mek­nès et Inez­gane. Ces cours ont pour objec­tif de contri­buer à l’amélioration de l’éducation musi­cale actuelle, insuf­fi­sam­ment déve­lop­pée et man­quant d’ouverture sur le monde musi­cal moderne, y com­pris pour ce qui est des chan­ge­ments liés au numérique.

- La créa­tion d’un por­tail en ligne à l’attention des pro­fes­sion­nels du sec­teur de la musique au Maroc, afin de leur four­nir une car­to­gra­phie de la musique et des lieux qui lui sont asso­ciés à l’échelle du pays. Ce por­tail a pour objec­tif la mise en réseau des acteurs de la musique et vise à don­ner aux pou­voirs publics et à la socié­té civile les moyens d’agir pour le déve­lop­pe­ment de ce sec­teur. 

 

Femmes du Jazz en Afrique

La direc­trice de la divi­sion pour l’Egalité des Genres de l’UNESCO, Jami­la Sef­taoui, et Bra­him El Maz­ned (Anya Music – Maroc) ont déci­dé de fêter la Jour­née Inter­na­tio­nale du Jazz avec un pro­gramme spé­cial pour célé­brer les femmes afri­caines du jazz !

Le 30 avril 2021, de 21h00 à 19h00 (heure maro­caine), le site de l’UNESCO a accueilli des per­for­mances de femmes du jazz de plus de 20 pays afri­cains met­tant en vedette, entre autres Shi­sha­ni (Nami­bie), Naba­lum (Bur­ki­na Faso), Mariam Koné (Mali), Edith Weu­ton­ga (Zim­babwe), Mariaa Siga (Séné­gal), Lor­noar (Came­roun), Nam­vu­la (Zam­bie), Pila­ni Bubu (Afrique du Sud), Sonia Aimy (Nige­ria), Emma Lamad­ji (Cen­tra­frique), Lisa Urt (Came­roun), Moni­ca Per­ei­ra (Gui­née Bis­sau), Chris­tine Kamau (Kenya), Manou Gal­lo (Cote d’I­voire), Iyen­ga (RDC), Afia Mala (Togo), Eusé­bia (Mada­gas­car), Fafa Ruf­fi­no (Bénin/Ghana), Yoha­na Sahle (Ethio­pia), Ger­maine Kobo & Bel­la Law­son (Togo/Congo), Linah Blanche (Burun­di), Pame­la Bad­jo­go (Gabon).

 Ce concert a eu lieu à la suite d’une série de dis­cus­sions vir­tuelles avec des femmes jour­na­listes, pro­duc­trices et artistes de jazz de tout le conti­nent afri­cain de 15h00 à 19h00 (heure maro­caine) afin d’augmenter la visi­bi­li­té des femmes du jazz et de lan­cer une réflexion sur le sta­tut et l’avenir des femmes artistes en Afrique.

 Un évè­ne­ment a redé­cou­vrir sur le site de l’UNESCO.

 

Qui sont Anya et Visa For Music ?

Visa For Music est por­té par l’entreprise d’ingénierie cultu­relle ANYA SARL dont la vision et de per­mettre aux artistes et aux opé­ra­teurs cultu­rels du Maroc, du conti­nent afri­cain et du Moyen-Orient de vivre de la musique et de l’industrie musicale.

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.