#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire
Linda 2

Le label écoresponsable Biophilia Records fait son festival

Label plu­tôt orien­té jazz, dans son accep­tion ouverte et métis­sée, Bio­phi­lia Records a été fon­dé par le pia­niste cubain Fabian Alma­zan dans le quar­tier new-yor­kais de Harlem.

Réso­lu­ment convain­cu par les causes envi­ron­ne­men­tales, le label ne dis­tri­bue sa pro­duc­tions qu’en ligne ou à la fin de leurs concerts par le biais de magni­fiques pochettes conçues comme des ori­ga­mis japo­nais impri­més à l’aide d’encres à base de plantes. A l’in­té­rieur, pas de CD mais un code per­son­nel de télé­char­ge­ment, afin de ne pas avoir à uti­li­ser de plas­tique dans l’emballage.

Certes, l’im­pact du numé­rique sur l’en­vi­ron­ne­ment n’est pas négli­geable et peut être dif­fi­cile à mesu­rer, comme nous l’a­vons vu dans le Focus « Musiques et numé­rique res­pon­sable, la tran­si­tion reste à venir » de Gwenn Sharp, fon­da­trice de The Green Room, une orga­ni­sa­tion œuvrant pour le chan­ge­ment envi­ron­ne­men­tal et socie­tal dans l’in­dus­trie de la musique. Mais si l’on se fie à ce rap­port réa­li­sé par des cher­cheurs de Car­ne­gie Mel­lon et du Law­rence Ber­ke­ley Natio­nal Labo­ra­to­ry pour le compte de Micro­soft et Intel : com­pa­ré à un album télé­char­gé, un album ache­té en maga­sin pro­dui­rait 13% de plus de dioxyde de car­bone, consom­me­rait 13% d’éner­gie en plus, et serait 37% plus gour­mand en matériaux.

Au delà du packa­ging, l’en­ga­ge­ment du label Bio­phi­lia Records s’ex­prime aus­si par les prises de posi­tion des artistes signés : « Nos artistes col­la­borent avec des orga­ni­sa­tions spé­cia­li­sées dans la conser­va­tion, la dura­bi­li­té et les actions de plai­doyer. »

 

 

Pour pro­mou­voir ses artistes et son mes­sage, Bio­phi­lia orga­nise un fes­ti­val en ligne qui a démar­ré le 22 avril « Jour de la Terre » et s’achèvera le 16 mai. Il va per­mettre de décou­vrir les artistes de son cata­logue dont la contre­bas­siste et com­po­si­trice malai­sienne Lin­da May Han Oh ou l’étonnante Raj­na Swa­mi­na­than, une des rares femmes vir­tuose de mru­dan­gam, per­cus­sion tra­di­tion­nelle de la musique car­na­tique du Sud de l’Inde. Le prix d’accès à ces concerts est lais­sé à la libre appré­cia­tion de l’auditeur.

 

Ren­dez-vous sur la chaîne you­tube de Bio­fi­lia Records pour décou­vrir Fabian Alma­zan, Nor­tonk, Sara Ser­pa, María Grand, Gian Sla­ter, Lara Bel­lo, Des­mond White, The Awa­ke­ning Orches­tra, End­less Field, Bryan & Aard­varks, Raj­na Swa­mi­na­than, Lin­da May Han Oh, ou encore Kim Anderson !

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.