#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire
21 octobre 2021
-
Par Scúru Fitchádu
#114
Playlist de Scúru Fitchádu
#114

Avant de pro­pul­ser toute l’éner­gie de son élec­tro funa­na aux accents punk sur la scène du Womex 21 à Por­to, Mar­cus Vei­ga de Scú­ru Fit­chá­du com­mente quelques unes des influences qui accé­lèrent son rythme car­diaque et par­tagent son sens de la lutte sociale et anti-coloniale.

Des décou­vertes qui de la Mor­na au Funa­na, en pas­sant par le Sem­ba ou le Kudu­ru, dérident les tra­di­tions et les pro­jettent avec fra­cas sur la scène des musiques actuelles en y mêlant élec­tro, rap, métal, noise, ou punk.

 

1. Yugen Bla­krok – Pic­ture Box 

« Yugen Bla­krok est une guer­rière mys­tique de l’u­ni­vers Wakan­da (n’y voyez sur­tout pas une réfé­rence évi­dente à son mor­ceau figu­rant dans la bande ori­gi­nale du film “Black Pan­ther”). Yugen joue dans sa propre divi­sion, c’est une poète du plus haut niveau, elle peut faci­le­ment démon­ter n’im­porte quel rap­peur en quelques mesures avec son flow, ses paroles et son talent. Je l’ai ren­con­trée à un fes­ti­val en Espagne, et depuis, je la garde à l’œil. Quand nous avons par­lé, elle m’a dit vivre à Bar­ce­lone et être ori­gi­naire de Cape Town en Afrique du Sud. Sa proxi­mi­té avec Lis­bonne me donne pour sûr l’en­vie de recroi­ser son che­min dans le future. “Pic­ture Box” rem­pli tous nos sens et tout chez Yugen Bla­krok est sans faille… Hayi­bo Ubun­tu ! »

2. Pré­tu feat. Tris­ta­nyA Luta Continua

« Pré­tu est un des rap­peurs et paro­lier por­tu­gais les plus célé­brés. Ancien­ne­ment connu sous le nom de Chul­lage, Pré­tu est afro-des­cen­dant et il a choi­si de suivre une nou­velle direc­tion artis­tique sous l’aus­pice du célèbre essai de James Bald­win “I Am Not Your Negro”. Sous un prisme afro-futu­riste, la chan­son “A Luta Conti­nua” dresse un paral­lèle direct entre la place du corps noir dans le contexte urbain et social actuel et les luttes armées de la révo­lu­tion anti-colo­niale pour la libé­ra­tion des forces impé­ria­listes por­tu­gaises menées par Amíl­car Cabral et d’autres impor­tants révo­lu­tion­naires gue­rille­ros afri­cains. Une de mes plus grandes influences à mes débuts. »

3. Duma – Lions­blood 

« Du grind­core impo­sant allié au lan­guage élec­tro et aux for­mules du sample et du loo­ping. Duma ce sont de purs tueurs, un groupe dis­so­nant du Kenya qui perce un peu par­tout en Europe au moment où je vous parle. C’est un métal dense, avec beau­coup de couches dif­fé­rentes, mais sans tous les cli­chés mer­diques du métal occi­den­tal. Ils montrent qu’il y a de nou­veaux che­mins à défri­cher, qu’on peut créer ses propres règles, peu importe le champ de bataille. “Lions­blood” est une de leurs meilleures cartes de visite. »

4. Cachu­pa Psi­ca­dé­li­caTor­na­do Bis­po 

« Cachu­pa Psi­ca­dé­li­ca, un Cap­ver­dien de Min­de­lo qui vit au Por­tu­gal depuis de nom­breuses années, est déjà connu pour sa maî­trise de la com­po­si­tion et sa poé­sie très carac­té­ris­tique. Etant pas­sion­né du rock de Seat­tle des années 90, et ayant gran­dit dans une aire for­te­ment domi­née par des artistes de Mor­na et de Cola­de­ra, il est allé à contre cou­rant en alliant les for­mules clas­sique des tra­di­tions et de l’o­ra­li­té du Cap Vert avec la rugo­si­té du grunge. “Tor­na­do Bis­po” est une chan­son tirée de son troi­sième album “Pom­ba Par­dal “qui illustre par­fai­te­ment cet heu­reux mélange. »

5. Nihi­loxi­ca – Bwo­la

« Nihi­loxi­ca est un groupe très lié aux formes per­cus­sive du conti­nent mère, avec des membres venus d’Ou­gan­ga et deux membres anglais. Je les ai ren­con­trés à Turin dans un fes­ti­val ita­lien DIY. Sur scène, c’est un trip, ils sont capables de plon­ger le public dans une transe cathar­tique avec les rythmes qu’ils imposent via les per­cus­sions et les lignes de basse. Bwo­la ! »

6. Pon­go – Kuzo­la

« L’An­go­laise Pon­go risque d’être une des meilleures artistes pop, sans l’in­ten­tion d’être pop. Elle est une figure du Kudu­ru, pré­sen­té au monde grâce à Bura­ka Som Sis­te­ma dans la seconde moi­tié du 20e siècle. Mais l’ap­proche de Pon­go est dif­fé­rente de tout ce qui a pu être fait dans le Kudu­ru, qui aujourd’­hui a été re-digé­ré et sty­li­sé avec des influences niaises et miel­leuses du conti­nent amé­ri­cain. Pon­go uti­lise les har­mo­nies vocales tra­di­tion­nelles d’An­go­la qui cap­tivent par la sim­pli­ci­té de leurs lignes mélo­diques. “Kuzo­la” est une explo­sion d’a­mour très directe. Alors que c’est une per­sonne très sym­pa, elle devient une lionne tur­bu­lente sur scène. »

7. Pet­brick – Tru­cker Fucker

« Pet­brick est une boule de démo­li­tion à haute vitesse qui vous ren­verse dès la pre­mière seconde. Wayne Adams et le célèbre bat­teur bré­si­lien Igor Cava­le­ra (un des ori­gi­naux de Sepul­tu­ra, vivant à Londres depuis un an), sont des maîtres du noise. J’ai vu le groupe en live et… je me suis fait tabas­ser. Ils n’ont pas besoin de nom­breux ins­tru­ments pour que leur son en impose. Je me dyna­mite à base de Pet­brick régu­liè­re­ment et ils m’ins­pirent beau­coup. C’est ma chan­son pré­fé­rée, met­tez-la à fond si vous osez ! »

8. Tris­ta­ny – O Meni­nu Ke Brin­ka­va Kom Bunekas

« Un des noms émer­geant de la scène por­tu­gaise under­ground actuel­le­ment est Tris­ta­ny, fils de musi­ciens Sem­ba ango­lais. Il a sur­pris tout le monde avec son pre­mier album “Meia Riba Kalxa”, un mix de Soul, de Trap afro-futu­riste, de Sem­ba et de Gang­sta Rap. C’est un artiste très concep­tuel et ces chan­sons le montrent. Ce titre signi­fie “Le Gar­çon Qui Jouait Avec Des Pou­pées”, ce qui pose immé­dia­te­ment le débat dans un monde en mou­ve­ment. Tris­ta­ny est un dia­mant brut qui se taille de jour en jour. »

9. Nazar – UN Sanc­tions

« Du Kudu­ru dis­rup­tif pour les esprits ouverts. Les parents de Nazar ont fuit la guerre civile ango­laise. Il a pu trou­ver en Europe un espace pour ses sons, mais ces réfé­rences sont les sou­ve­nirs qu’ils garde de son pays d’o­ri­gine. C’est de la dance music rude, pas cali­brée pour les dis­co­thèques, c’est indus­triel et chao­tic, c’est addic­tif et névro­sé, Nazar est violent. Point. 

Il raconte aus­si des his­toire à qui ose l’é­cou­ter. “UN Sanc­tions” fra­casse votre porte d’en­trée. »

10.  Antó­nio Sanches / Julin­ho da Concer­ti­na / Tcho­ta Sua­ri – Diló

« La Funa­na cap­ver­dienne dans sa forme la plus ori­gi­nale, concer­ti­na, per­cus­sion et voix, avec la coopé­ra­tion de trois maîtres ! Cette chan­son “Diló” est issue d’un album com­mun d’Antó­nio Sanches, Julin­ho da Concer­ti­na et feu Tcho­ta Sua­ri. Cha­cun d’entre eux a aus­si une immense car­rière solo. C’est une de mes influences de base, une source où je m’a­breuve constam­ment pour créer ma musique. »

Scúru Fitchádu

© Vera Marmelo
© Vera Marmelo

Scú­ru Fit­chá­du est un concept afro-futu­riste féroce qui puise direc­te­ment dans la culture cap­ver­dienne pour l’al­lier à une furieuse esthé­tique punk et une élec­tro dis­rup­tive. Scú­ru Fit­chá­du accé­lère les rythmes car­diaques dans un contexte anti-colo­nial, social et urbain.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.