#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
La chanteuse franco-comorienne Imany.
La chanteuse franco-comorienne Imany. - (Source) : programme-television.org

Les femmes dans l’industrie musicale comorienne

Avant de parler de la place des femmes dans la musique comorienne, il faut remonter aux origines de la musique commerciale aux Comores. Bien que présente dans la société de manière générale, on ne parle de musique commercialement parlant qu’à partir des années 70 où la production prend un nouveau tournant avec l’émergence de nouveaux auteurs interprètes talentueux.

Pour reprendre Damir Ben Ali : « Tous, les domaines de la vie sociale et culturelle sont affectés par la séparation des sexes. Dans toutes les sociétés, au cours de l’histoire, la capacité de reproduction et la responsabilité de s’occuper de l’enfance humaine ont limité la liberté des mouvements des femmes. »

Les Comores n’échappent pas à la règle, toutefois, par un système de communautés qu’elles ont mis en place pour échapper aux contraintes quotidiennes et pouvoir s’exprimer, les femmes comoriennes ont trouvé un moyen d’épanouir leur personnalité sociale et culturelle tout en contribuant à l’équilibre de la société.

Ainsi, la musique pour les femmes comoriennes du moins dans ses prémices s’exprime à travers des genres spécifiques qui sont dédiés à des activités. En général, ces activités sont liées à des faits ou des événements du quotidien allant de l’accouchement aux berceuses par exemple, ou des crises affectant la communauté sociale (guerre, épidémie, catastrophes naturelles, etc.). Toutefois, et pour reprendre Moussa Said, on doit considérer que la musique fait partie intégrante de la société comorienne dans la mesure où elle rythme la vie quotidienne des Comoriens.

Détentrices du patrimoine, pivots de la solidarité familiale et sociale, les femmes comoriennes usent de cette expérience en l’extériorisant dans des chansons dédiées où elles expriment aussi leurs sentiments.

Chamsia Sagaf - Chamama

 

Il en sera ainsi pendant très longtemps jusqu’à l’aube de l’indépendance, où la société comorienne subit une mutation culturelle née du mouvement nationaliste initié notamment par le PASOCO (Parti Socialiste des Comores) selon Moussa Said.

Ce courant s’exprimera à travers la musique surtout et plus particulièrement le mshago qui s’apparente au twarab et puisera des inspirations dans le jerk. Le mshago s’invitera sur les scènes twarab et contribuera d’ailleurs à l’essoufflement du genre.

Les femmes à l’instar des hommes, utiliseront le mshago et la musique pour s’émanciper de cette image de gardiennes de la tradition comorienne.

Ces interprétations prouvent l’importance des femmes dans la société comorienne. Jusqu’alors la musique n’est qu’un loisir, et même si les thématiques peuvent être fortement engagées, ce qui est souvent le cas, la musique demeure un art marginal.

 

Le déclic viendra des années 70, avec Chamsia Sagaf, basée en France et issue d’une famille aisée de Mistamiouli, chef-lieu du nord de la Grande Comore. Elle va rompre avec les traditions en reprenant des morceaux traditionnels et en les réinterprétant en Afro-zouk. Ces chansons reviennent souvent sur l’éducation, l’émancipation des femmes ou encore l’amour.

On relèvera que le mouvement d’émancipation des femmes correspond à la manifestation des lycéens à Moroni en 1968.

Durant cette période, Chamsia Sagaf va enregistrer Sarumaya Mwigni Hazi en 1976 et Chamama en 1979 avec l’ASEC (l’ASEC  (L’Association des stagiaires et étudiants des Comores) qui sont des odes à l’émancipation et à la révolution des mentalités et seront utilisés comme des instruments de propagande par l’ASEC.

Chamsia Sagaf deviendra par la suite la première femme à enregistrer un album studio en 1989 avec Studio 1. Inspirée des traditions comoriennes, elle intègrera les inspirations caribéennes du zouk et connaîtra un succès au-delà des frontières comoriennes ouvrant la voie à de nombreuses interprètes qui se lanceront dans le zouk dans un premier temps comme Naila, originaire, elle aussi, de Mitsamiouli qui sortira un album chez Majestic Studio de Said Ali Sultan ou encore Rouwaida, mais surtout à de nombreuses divas comme Samra, Zaza et bien d’autres dans la version moderne du twarab comme le dit Abdallah Chihabidinne, le mshago.

L’impact de Chamsia sur la musique comorienne est considérable grâce à son parcours et ses choix de carrière. Dans les années 2000, elle s’associera à la chanteuse ivoirienne à Monique Seka avec qui elle se produira à Paris tout en se faisant un nom dans le Zouk entamera des tournées dans les Antilles en 2008.

Naïla - Nyandzo

 

Pour certaines comme Nawal, la musique s’inscrit au-delà de l’aspect commercial, fortement inspiré par les chants religieux et son côté mystique.

Au fil des années, les femmes comoriennes prennent de l’assurance et ne se cantonnent plus uniquement au twarab, mais font des incursions dans la création contemporaine et les années 2000 voient émerger de nouveaux talents à l’instar de Malha, Elykiah ou encore Norenna. Rares sont celles qui ont sorti des albums, mais il est à gager que le parcours d’Imany sur la scène internationale en a inspiré plus d’une même si les sonorités comoriennes sont quasiment inexistantes comme le soulignent ses détracteurs.

Cependant, on retiendra son côté griotte qui rappelle fortement le Hwimbia dans son interprétation ou alors on cherchera du côté de sa cadette Imane qui a grandi en France et qui fera une reprise de Chamsia Sagaf qui en a fait frémir plus d’un et qui nous promet un bel avenir pour les femmes dans la musique comorienne sur la scène internationale.

Imany - Slow Down

 

Partenariat AuxSons Music In Africa : Cet article a été rédigé pour Music In Africa, #AuxSons publié dans le cadre d’un partenariat média. 

 

 

Ali Ahmed Mahamoud

Basé à Moroni aux Comores, Ali Ahmed Mahamoud est marketing manager, event manager, photographe, producteur et  vidéaste.

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.