#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
C3242bc1 B10a 4a35 Ab60 04f99b335e41 (1)

Rencontre avec l’Ensemble Chakâm, prix du public ICART Sessions 2021

pho­to : Ensemble Cha­kâm  – © Ash­kan Noroozkhani

Après un appel à can­di­da­tures d’un mois, ICART Ses­sions a sélec­tion­né 20 artistes par­mi 150 can­di­dats lors d’auditions orga­ni­sées au Stu­dio FGO-Bar­ba­ra les 28 et 29 jan­vier der­niers. Les six fina­listes se sont pro­duits sur la scène du Car­reau du Temple dans le cadre de l’émission Oco­ra Cou­leurs du monde de Fran­çoise Degeorges. Ren­contre avec Sogol Mir­zaei (târ), Chris­tine Zayed (qanun), et Marie-Suzanne de Loye (viole de gambe) de l’En­semble Cha­kam, qui a obte­nu le prix du public & des étudiants !

 

Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Sogol Mir­zaei : C’est en 2014 que j’ai fon­dé l’ensemble Cha­kâm, avec une joueuse de qanun, une joueuse de tom­bak et moi-même au târ. L’envie de départ était de célé­brer le réper­toire clas­sique per­san pure­ment ins­tru­men­tal. Mais l’une des musi­ciennes vivait en Hol­lande et l’autre en Aus­tra­lie, de fait l’éloignement géo­gra­phique ren­dait l’or­ga­ni­sa­tion complexe.

J’étais donc à la recherche d’une joueuse de qanun sur Paris, et c’est via une vidéo sur les réseaux sociaux que j’ai décou­vert le tra­vail de Chris­tine. J’ai été très impres­sion­née par son tou­ché et la flui­di­té de son jeu. Son arri­vée dans Cha­kâm a créé de nou­velles pers­pec­tives : ouvrir sur les influences musi­cales arabes et pales­ti­niennes, ain­si que la pos­si­bi­li­té d’u­ti­li­ser la voix comme nou­vel élé­ment de la palette.

Par la suite, j’ai ren­con­tré Marie-Suzanne (aus­si par une vidéo de concert !) lors de la pré­pa­ra­tion d’un album de chan­sons tra­di­tion­nelles ira­niennes avec un autre groupe pour lequel nous avions besoin d’un ins­tru­ment à archet. Ce fut éga­le­ment une belle ren­contre, Marie-Suzanne était par­tante pour nous rejoindre dans Cha­kâm qui était deve­nu entre-temps un espace où faire réson­ner les com­po­si­tions de Chris­tine et les miennes. Le timbre, le phra­sé, l’archet et les ori­gines baroques euro­péennes de la viole de gambe appor­taient encore d’autres couleurs.

C’est à l’occasion des Dia­logues d’Oksyrian lors du fes­ti­val les Lisz­to­ma­nias à Châ­teau­roux en octobre 2020 que Cha­kâm s’est pro­duit pour la pre­mière fois sous sa forme actuelle avec Chris­tine, Marie-Suzanne et moi.

Aujourd’hui quels sont vos liens avec vos pays ?

Sogol Mir­zaei : Je rentre régu­liè­re­ment en Iran pour voir ma famille et mes amis. Mais au-delà du voyage pour retrou­ver mes proches, c’est aus­si le moyen de me res­sour­cer en gar­dant une connexion avec la tra­di­tion et la vie musi­cale de ce pays, car je n’oublie pas que les racines de mon ins­tru­ment viennent de là. Il est dif­fi­cile de per­ce­voir et de jouer cette musique sans aller à sa source, c’est pour cela qu’il est fon­da­men­tal pour moi de nour­rir le lien avec l’Iran.

Chris­tine Zayed : Je rentre régu­liè­re­ment chez moi pour voir ma famille, mes amis et mes anciens col­lègues. La Pales­tine est ma pre­mière mai­son, la plu­part de mes sources d’inspiration pro­viennent de là, tant sur le plan cultu­rel, musi­cal, qu’émotionnel.

En tant que femmes, avez-vous rencontré des difficultés lors de votre parcours ?

Sogol Mir­zaei : Per­son­nel­le­ment je n’ai pas eu de pro­blème dans l’apprentissage de la musique, à la fois parce que je vivais dans une grande ville comme Téhé­ran, et que mon contexte fami­lial y était favo­rable. Cepen­dant, dans cer­taines petites villes ou dans cer­taines familles croyantes, il peut y avoir des bar­rières pour apprendre la musique, aus­si bien pour les hommes que pour les femmes. Par­fois il peut arri­ver que cer­tains concerts soient annu­lés en rai­son de la pré­sence de musi­ciennes. Mais encore une fois, ce n’est que dans cer­tains endroits d’Iran, ce n’est pas un cas général.

Marie-Suzanne de Loye : J’ai l’impression que mon par­cours s’est fait sans heurt. Mais cela fait très peu de temps que j’ai un regard sur l’impact du genre. Je vous invite à regar­der les tra­vaux de la socio-musi­co­logue Hya­cinthe Ravet dont les recherches portent sur les rap­ports de genre dans les milieux artis­tiques, il y a beau­coup à dire !

Chris­tine Zayed : J’ai pro­ba­ble­ment fait face à des pro­blèmes que n’importe quel musi­cien a pu ren­con­trer. Je ne sais pas si ces obs­tacles touchent seule­ment les femmes ou éga­le­ment les autres genres. Dans l’absolu j’essaye tou­jours de ne pas me foca­li­ser sur la natio­na­li­té, le genre, l’âge ou la race lorsque je fais mon tra­vail. Mais je dois bien recon­naître que les femmes sont tou­jours confron­tées à l’injustice dans tous les domaines de la vie.

En quoi votre pratique musicale ancestrale du radif est influencée par un environnement musical moderne ou d’autres cultures ?

Sogol Mir­zaei : Ce que nous jouons dans Cha­kâm ce sont les com­po­si­tions de Chris­tine ins­pi­rées des maqâms et des mawa­zeen (les modes et les cycles ryth­miques arabes) et les miennes ins­pi­rées du radif (le cor­pus de musique clas­sique ira­nienne). Ces musiques sont certes très codi­fiées mais pro­posent une mul­ti­tude de che­mins qui ne cessent d’être des sources d’inspiration et de renou­vel­le­ment. Ce sont des points de départ et d’ancrage très forts, mais nous sommes aus­si irri­guées par les autres musiques que nous avons côtoyées, pra­ti­quées et étu­diées : la musique baroque et clas­sique, la musique contem­po­raine, le jazz…. Toutes ces influences vont affleu­rer dans les détails, par exemple dans le choix d’un accord, d’un inter­valle, d’une ryth­mique, d’un phra­sé ou d’une dis­so­nance. Au fil du tra­vail, la musique qui se dévoile est le résul­tat du tis­sage minu­tieux de tous ces détails.

Quels musiciens modernes et traditionnels vous ont marqués ?

Marie-Suzanne de Loye : Sokra­tis Sino­pou­los et Evge­nios Voul­ga­ris (Grèce), Kay­han Kal­hor (Iran), Sil­via Per­ez Cruz (Espagne-Cata­logne)…

Sogol Mir­zaei : La liste va être longue Moham­mad Reza Sha­ja­rian, Hos­sein Ali­za­deh, Lot­fol­lah Majd, Ahmad Eba­di (Iran) John Col­trane et John­ny Hart­man, Ama­lia Rodrigues, Habil Aliyev (Azer­baïd­jan),…

Chris­tine Zayed : Sayyed Dar­wich, Moham­med abdel Wahab, Moha­med al Qasab­ji, Riad Assun­ba­ti, Mesud Cemil Bey, Munir Bashir, Zakir Hus­sein, Chick Corea, Brad Meld­hau, Joni Mit­chell, Azi­za Mos­ta­fa, Ziad Alrah­ba­ni, Phi­le­mon Wehbe, Kami­lya Jubran et bien d’autres…

Ensemble Chakâm, ICART Sessions 2021 © photo : Jennyfer Routaboul
Ensemble Cha­kâm, ICART Ses­sions 2021 © pho­to : Jen­ny­fer Routaboul
Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.