#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
© Saber68 via wikimedia commons - Lounès Matoub en 1975

Hommage à Matoub Lounès par Sidi Bémol pour les 40 ans du Printemps Berbère

Le 20 avril dernier, les kabyles d’Algérie célébraient les 40 ans du Printemps Berbère. Ce mouvement d’opposition populaire au gouvernement algérien, le premier depuis l’accession à indépendance en 1962, découlait de l’interdiction faite, un mois plus tôt, à l’écrivain Mouloud Mammeri de donner une conférence sur la poésie berbère à l’Université de Tizi-Ouzou.

Le Printemps Berbère fut vivement réprimé par l’état algérien, sourd à la demande de reconnaissance d’une culture et d’une langue antérieures de plusieurs siècles à la présence arabe sur le sol du Maghreb. Ce combat identitaire se poursuivit des années durant et la langue amazigh, pourtant parlée par près du quart de la population du pays, ne fut finalement reconnue dans la constitution algérienne comme composante de l’identité nationale qu’en 1996.

La culture berbère est riche de poètes et chanteurs, Matoub Lounès le plus respecté d’entre eux fut assassiné dans des conditions obscures le 25 juin 1998. Le 20 avril 2020, Hocine Boukella, auteur, compositeur, caricaturiste et leader du groupe Sidi Bémol a commémoré le printemps berbère en reprenant, de façon magistral et confiné seul à la guitare, l’emblématique chanson Ay Izem (Oh Lion) de Matoub Lounès.

 

 

 

© photo : Saber68 via Wikimedia commons - Lounès Matoub en 1975

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.