#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media

60 ans d’indépendances en musique : Sénégal, le rythme national de Doudou N’Diaye Rose

En 1959, le Séné­gal, le Sou­dan fran­çais (actuel Mali), le Daho­mey (actuel Bénin) et la Haute-Vol­ta (Bur­ki­na Faso) s’unissent pour créer la Fédé­ra­tion du Mali, dont les deux der­niers pays se déso­li­da­risent rapi­de­ment. Le Séné­ga­lais Léo­pold Sédar Senh­gor prend la pré­si­dence de l’As­sem­blée fédé­rale et le Malien Modi­bo Keï­ta celle du gou­ver­ne­ment. Le 4 avril 1960 la Fédé­ra­tion et la France signent un accord pour l’in­dé­pen­dance qui sera offi­cielle en juin 1960, mais rapi­de­ment les deux gou­ver­nances n’arrivent plus à s’entendre et se séparent. Le Séné­gal accède fina­le­ment à son indé­pen­dance le 20 août et le 5 sep­tembre Sen­ghor en est élu président.

Poète, Sen­ghor écrit le texte de l’hymne natio­nal sur une musique du com­po­si­teur fran­çais Her­bert Pep­per, éga­le­ment res­pon­sable de l’hymne de la Répu­blique cen­tra­fri­caine. Le Lion rouge, aus­si connu sous le nom Pin­cez tous vos koras, frap­pez les bala­fons, béné­fi­cie aus­si d’un rythme com­po­sé par le tam­bour major Dou­dou N’Diaye Rose.

Repor­tage RFI sur Dou­dou N’Diaye Rose

Dou­dou N’Diaye Rose est griot, vir­tuose de l’emblématique tam­bour sabar. Il a for­mé une mul­ti­tude de musi­ciens et musi­ciennes, conduit des troupes attei­gnant par­fois plus de 100 tam­bou­ri­naires. Il fut l’un des plus grands ambas­sa­deurs de la culture séné­ga­laise. En l’encourageant, José­phine Baker serait à l’origine de sa car­rière qui l’amène à col­la­bo­rer avec les Rol­ling Stones, Mau­rice Béjart, Peter Gabriel, France Gall, Alan Sti­vell ou encore Jean-Paul Goude à l’occasion du défi­lé du Bicen­te­naire de la Révo­lu­tion Fran­çaise. Ancré dans la tra­di­tion mais nova­teur, Dou­dou a notam­ment créé le pre­mier orchestre fémi­nin de bat­teuses « les Rosettes » et la pre­mière école de per­cus­sion à Dakar. Il a été porte parole pour la paix au Rwan­da et par­ti­ci­pé à la lutte contre le sida. Il a été cou­vert de médailles en France et au Séné­gal et en 2006 l’Unesco lui donne le titre de Tré­sor Humain Vivant. Il décède en 2015 lais­sant son fils Tapha N’Diaye Rose à la tête de son ensemble.

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.