#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire

#ScèneFrançaise #AuxSons : 3 questions à Sofiane Saidi

L’une des plus belles voix du ter­ri­toire fran­çais est algé­rienne. C’est celle de Sofiane Sai­di, réno­va­teur du raï, pilier vocal des groupes hom­mages à Rachid Taha (l’armée Mexi­caine, Le Cous­cous Clan) ou atout mélo­dique de l’électro orien­tal d’Acid Arab. Il nous raconte son confinement.

 

Est-ce que le premier confinement a favorisé votre créativité ?

« Je suis par­ti en Algé­rie tout de suite après la soi­rée Belek Belek (le 7 mars 2020 pour Ban­lieues Bleues soit une semaine avant l’annonce du pre­mier confi­ne­ment. ndlr). Je devais n’y res­ter que quelques jours mais je suis res­té coin­cé quatre mois. Ça m’a per­mis de me repo­ser d’une longue tour­née de 3 ans, rien qu’en 2019 j’ai comp­ta­bi­li­sé 130 dates, ce qui ne m’a pas lais­sé le temps de créer de nou­velles choses. Ce confi­ne­ment m’a per­mis de me rap­pro­cher déjà de ma famille et j’ai com­men­cé à com­po­ser de nou­velles chan­sons, à réflé­chir à une musique de film que l’on m’avait pro­po­sé. Ca m’a per­mis de me retrou­ver face à une feuille blanche et de repar­tir vers une nou­velle aventure. »

 

Avez-vous participé à des événements ou des initiatives en ligne pendant cette période ?

« Début avril avec Rodolphe Bur­ger et Meh­di Had­dab on a ouvert Plumm​.TV, la chaîne de Rachid Arhab avec le mor­ceau Made­moi­selle. J’étais à Sidi Bel Abbès, Rodolphe était chez lui à Sainte-Marie-aux-Mines en Alsace et Meh­di à Rennes. Après, j’ai vu beau­coup de choses en strea­ming : c’est bien et c’est pas bien. C’est bien parce qu’il y a beau­coup d’artistes ont été inven­tifs ont conti­nué à créer, à faire des choses et à les mon­trer. Mais si la terre a réagi comme ça, c’est que ça méri­tait de faire une pause. De lais­ser la terre s’exprimer et de lais­ser le public écou­ter autre chose, les pas de leurs enfants, les oiseaux. Il y a un pro­verbe qui tra­duit de l’arabe dit « l’eau reprend tou­jours son che­min » c’est à dire que la nature exprime tou­jours sa rai­son et j’ai l’impression, du moins du côté des déci­deurs, que l’on a pas rete­nu la déci­sion et que l’on est repar­ti dans plein de bêtises, de choses qui fâchent. »

Sofiane Sai­di, Rodolphe Bur­ger et Meh­di Had­dab, Made­moi­selle.

 

Comment improvisez-vous ce nouveau confinement ?

« Le len­de­main de l’annonce du pré­sident, je me suis réveillé avec les jambes lourdes. J’étais un peu décou­ra­gé, car tous les concerts que l’on avait réus­si à main­te­nir ou dif­fi­ci­le­ment reca­ler ont été annu­lés. Du coup les pers­pec­tives se referment. Je ne suis ni méde­cin, ni poli­ti­cien et ne peux pas juger de la qua­li­té de ces déci­sions, mais comme les cafe­tiers ou les res­tau­ra­teurs, j’ai un peu l’impression que nous sommes un peu des lais­sés pour compte. Pour­tant la culture est néces­saire dans la vie des gens. Ils sont confi­nés et affrontent l’angoisse, la frus­tra­tion des maux que la culture peut un peu sou­la­ger. Pour ce second confi­ne­ment je suis à Paris, heu­reu­se­ment j’ai un stu­dio et du maté­riel et je conti­nue à com­po­ser. En tous les cas je m’oblige à me lever le matin, à me faire un café et à tra­vailler. Après j’ai envie de répé­ter une phrase que Biyou­na (comé­dienne, dan­seuse et chan­teuse algé­rienne) a pro­non­cé « En Algé­rie la crise on connait, elle fait par­tie de la famille !» et moi aus­si je suis né dans la crise et j’ai tou­jours appris à faire avec. On va s’adapter. Mais je ne suis pas du tout pes­si­miste, je pense que la musique, la culture va muter vers quelque chose de nou­veau et je pense que ce sera encore plus puis­sant et créa­tif, qu’il va y avoir des albums incroyables. Cer­tains talents vont peut être dis­pa­raître mais de nou­veaux vont arri­ver. Il faut être très cou­ra­geux aujourd’hui pour conti­nuer à faire de la musique et comme après les deux guerres mon­diales des artistes extra­or­di­naires devraient apparaître. »

 

Sofiane Sai­di, Ya Mimou­na Dyaf Rabi avec Rozenn Le Tri­on­naire, Trio Sōra, Mon­cef Hakim Bes­se­ghir, enre­gis­tré le 5 octobre 2020 au Centre Cultu­rel Hou­dre­mont à La Courneuve.

 

Décou­vrez la Play­list de Sofiane Sai­di pour #Aux­Sons, parue en sep­tembre 2019 !

#Aux­Sons s’associe à la cam­pagne Sacem de sou­tien à la #Scè­ne­Fran­çaise.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.