La mort de Balla Sibidé, monument de la musique sénégalaise, laisse l’Orchestra Baobab en deuil

Membre fon­da­teur au début des années 1970, de la for­ma­tion séné­ga­laise Orches­tra Bao­bab, Bal­la Sibi­dé, à la fois chan­teur, per­cus­sion­niste, com­po­si­teur et arran­geur, est décé­dé bru­ta­le­ment mer­cre­di 29 juillet dans la ban­lieue de Dakar à Thia­roye. Selon l’Association des Métiers de la Musique du Séné­gal : « Après une jour­née de répé­ti­tion bien rem­plie avec ses cama­rades musi­ciens, le chan­teur ne s’est pas réveillé ce matin. Nous per­dons un sage, un papa, un ami. »

Ces répé­ti­tions pré­pa­raient la tour­née des 50 ans de l’orchestre, qui aurait du pas­ser en avril dans l’hexa­gone, fina­le­ment repous­sée suite au COVID-19. Après 10 ans de pause, l’orchestre était reve­nu sur scène avec un nou­vel album en 2017, Tri­bute to Ndiou­ga Dieng. A l’occasion de ce nou­veau disque, dans une inter­view à RFI musique en 2017, Bal­la Sibi­dé confiait : « À Dakar, on nous appelle « les monu­ments de la musique séné­ga­laise » parce que le tra­vail qu’on a accom­pli de 1978 à nos jours est très appré­cié. »

L’Orchestra Bao­bab a été le pre­mier à com­bi­ner la musique tra­di­tion­nelle séné­ga­laise à la musique afro-cubaine. Leur mélange si par­ti­cu­lier leur a valu un suc­cès inter­na­tio­nal : du jazz, de la soul et des rythmes cubains asso­ciés aux musiques tra­di­tion­nelles des dif­fé­rentes ori­gines des musi­ciens du groupe, man­dingue, wolof, casa­man­çaise, maure ou encore béni­noise. Alors qu’ils ont par­ti­ci­pé au suc­cès mon­dial de la musique afro-cubaine, ils n’ont pour­tant jamais mis les pieds à Cuba, ce qui ne les a pas empê­ché de jouer à plu­sieurs reprises avec les musi­ciens du mythique Orques­ta Ara­gon.

Le label Syl­lart Records, fon­dé par Ibra­hi­ma Syl­la qui avait pro­duit le groupe dans les années 1980, a réagit sur twit­ter : « Pion­nier du syn­cré­tisme musi­cal dit afro­la­tin, fusion des musiques du folk­lore séné­ga­lais et des musiques cubaines, Bal­la Sidi­bé etait un gent­le­man de la Belle Époque. Paix à son âme. »

 

© pho­to : You­ri Len­quette

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche: V
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.