Décès de Yann-Fanch Kemener, monument de la culture bretonne

Yann-Fañch Keme­ner, vient de nous quit­ter. Il avait 61 ans.
Le crabe l’ayant pris pour cible, Yann-Fañch y a fait face, che­villée au corps ce sou­ci d’une trans­mis­sion, lui qui dans les années 90 avait redon­né un nou­vel élan aux musiques bre­tonnes cher­chant un nou­veau souffle amor­cé plus tôt par le folk­song puis le revi­val bre­ton. Aus­si ces der­nières années avait-il mis les bou­chées doubles. Avec sa pro­fon­deur et sa drô­le­rie, la force de cette convic­tion que le patri­moine cultu­rel dit « imma­té­riel » nous sur­vi­vra, le sérieux qu’il met­tait dans toutes ses entre­prises. Soit au final, une dis­co­gra­phie d’une soixan­taine d’albums sous son nom propre et/ou dans diverses for­ma­tions, duo, trio, groupe. Et beau­coup d’écrits. « Le chant naquit un soir d’hiver, /on ne sait où, on ne sait quand/ à la porte d’une mai­son où criait un enfant malade.

Hom­mage à Yann-Fañch Keme­ner par Frank Tenaille, ver­sion longue.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.