#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire
Jazzday Format Carre (17)

Anya fête la Journée Internationale du Jazz avec les projets “Musika” et “Femmes du Jazz en Afrique”

Jazz Day

Dési­gnée par l’UNESCO en 2011, la Jour­née inter­na­tio­nale du Jazz a lieu chaque année le 30 avril et a pour but de rap­pe­ler l’im­por­tance artis­tique du jazz, ses racines et son impact mon­dial sur le déve­lop­pe­ment culturel.

A cette occa­sion, dans le cadre du Pro­gramme « Musi­ka – La Musique comme moteur du déve­lop­pe­ment durable au Maroc », le bureau de l’UNESCO pour le Magh­reb, Anya et la Fon­da­tion Hiba ont orga­ni­sé une rési­dence d’ar­tistes “La Rési’­Jazz”, qui a per­mis la pro­duc­tion d’une oeuvre musi­cale liée au jazz.

Le vio­lo­niste renom­mé Zied Zoua­ri et l’aoudiste et musi­co­logue Ham­di Makh­louf de Tuni­sie accom­pa­gnés des deux artistes maro­cains Amine Bli­ha, aux per­cus­sions et Habi­ba Rya­hi au qanun, ont ain­si pu pro­duire une oeuvre unique, qui fut pré­sen­tée le 30 avril 2021 en live sur Face­book et qui est désor­mais dis­po­nible sur la chaîne You­Tube d’Anya.

 

 

Cette repré­sen­ta­tion a eu lieu au terme d’une confé­rence-débat, où plu­sieurs artistes et pro­fes­sion­nels du jazz et plus lar­ge­ment de la musique impro­vi­sée ont été invi­tés à dis­cu­ter autour du sujet « Quelle place pour le jazz et l’improvisation au sein des musique actuelles au Magh­reb ? », qui a per­mis d’évoquer tour à tour la ques­tion de la pra­tique actuelle du jazz et de la musique impro­vi­sée mais aus­si les moyens actuels pour les artistes de jazz de se pro­duire, entre fes­ti­vals et digital.

 

Musika, la musique comme moteur de développement durable au Maroc

La musique comme moteur du déve­lop­pe­ment durable au Maroc, est un pro­jet por­té par UNESCO Magh­reb et le Minis­tère de la Culture, de la Jeu­nesse et des sports, finan­cé par le Gou­ver­ne­ment alle­mand et réa­li­sé par Anya & Fon­da­tion Hiba. L’ambition est de contri­buer au déve­lop­pe­ment de la chaîne de valeur de l’industrie musi­cale au Maroc en créant de nou­velles oppor­tu­ni­tés d’emploi et de reve­nus pour les jeunes, et de par­ti­ci­per ain­si au déve­lop­pe­ment durable du pays. Le pro­jet vise l’amélioration des sys­tèmes de gou­ver­nance du sec­teur de la musique au Maroc en ren­for­çant les capa­ci­tés humaines et ins­ti­tu­tion­nelles, les infra­struc­tures cultu­relles et les cadres régle­men­taires et politiques.

Tout au long du dérou­le­ment de ce pro­gramme, plu­sieurs actions de grande enver­gure ont eu lieu comme des rési­dences d’ar­tistes avec ses­sions de coa­ching et d’en­re­gis­tre­ment, des cours d’é­veil musi­cal dans plu­sieurs école du Maroc et la célé­bra­tion de la Jour­née Inter­na­tio­nale du Jazz.

Dans le cadre du pro­jet, trois acti­vi­tés ont été mises en place :

L’orga­ni­sa­tion de ses­sions d’enregistrement et de coa­ching en rési­dence d’artistes à des­ti­na­tion de 12 jeunes groupes de musique maro­cains, afin de ren­for­cer leurs capa­ci­tés, d’augmenter leurs reve­nus et de mettre à niveau la qua­li­té artistique.

- Des cours d’éveil musi­cal à des­ti­na­tion de 90 enfants (de 7 à 10 ans) dans les villes maro­caines de Tan­ger, Mek­nès et Inez­gane. Ces cours ont pour objec­tif de contri­buer à l’amélioration de l’éducation musi­cale actuelle, insuf­fi­sam­ment déve­lop­pée et man­quant d’ouverture sur le monde musi­cal moderne, y com­pris pour ce qui est des chan­ge­ments liés au numérique.

- La créa­tion d’un por­tail en ligne à l’attention des pro­fes­sion­nels du sec­teur de la musique au Maroc, afin de leur four­nir une car­to­gra­phie de la musique et des lieux qui lui sont asso­ciés à l’échelle du pays. Ce por­tail a pour objec­tif la mise en réseau des acteurs de la musique et vise à don­ner aux pou­voirs publics et à la socié­té civile les moyens d’agir pour le déve­lop­pe­ment de ce sec­teur. 

 

Femmes du Jazz en Afrique

La direc­trice de la divi­sion pour l’Egalité des Genres de l’UNESCO, Jami­la Sef­taoui, et Bra­him El Maz­ned (Anya Music – Maroc) ont déci­dé de fêter la Jour­née Inter­na­tio­nale du Jazz avec un pro­gramme spé­cial pour célé­brer les femmes afri­caines du jazz !

Le 30 avril 2021, de 21h00 à 19h00 (heure maro­caine), le site de l’UNESCO a accueilli des per­for­mances de femmes du jazz de plus de 20 pays afri­cains met­tant en vedette, entre autres Shi­sha­ni (Nami­bie), Naba­lum (Bur­ki­na Faso), Mariam Koné (Mali), Edith Weu­ton­ga (Zim­babwe), Mariaa Siga (Séné­gal), Lor­noar (Came­roun), Nam­vu­la (Zam­bie), Pila­ni Bubu (Afrique du Sud), Sonia Aimy (Nige­ria), Emma Lamad­ji (Cen­tra­frique), Lisa Urt (Came­roun), Moni­ca Per­ei­ra (Gui­née Bis­sau), Chris­tine Kamau (Kenya), Manou Gal­lo (Cote d’I­voire), Iyen­ga (RDC), Afia Mala (Togo), Eusé­bia (Mada­gas­car), Fafa Ruf­fi­no (Bénin/Ghana), Yoha­na Sahle (Ethio­pia), Ger­maine Kobo & Bel­la Law­son (Togo/Congo), Linah Blanche (Burun­di), Pame­la Bad­jo­go (Gabon).

 Ce concert a eu lieu à la suite d’une série de dis­cus­sions vir­tuelles avec des femmes jour­na­listes, pro­duc­trices et artistes de jazz de tout le conti­nent afri­cain de 15h00 à 19h00 (heure maro­caine) afin d’augmenter la visi­bi­li­té des femmes du jazz et de lan­cer une réflexion sur le sta­tut et l’avenir des femmes artistes en Afrique.

 Un évè­ne­ment a redé­cou­vrir sur le site de l’UNESCO.

 

Qui sont Anya et Visa For Music ?

Visa For Music est por­té par l’entreprise d’ingénierie cultu­relle ANYA SARL dont la vision et de per­mettre aux artistes et aux opé­ra­teurs cultu­rels du Maroc, du conti­nent afri­cain et du Moyen-Orient de vivre de la musique et de l’industrie musicale.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.