#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
16 September 2021
-
By Hussam Aliwat
#110
Playlist de Hussam Aliwat
#110

Pour célé­brer 3 décen­nies d’activité et d’engagement au ser­vice de la diver­si­té musi­cale et cultu­relle, le Réseau des Musiques du Monde Zone Franche, qui pilote le web­mé­dia #Aux­Sons, s’installe dans l’un des nou­veaux lieux emblé­ma­tiques dédié aux musiques de toutes les ori­gines : le 360 Paris Music Fac­to­ry. La soi­rée du 21 sep­tembre sera riche en concerts pour appré­cier la créa­ti­vi­té des artistes et le dyna­misme des nou­veaux pro­jets qui animent la scène des Musiques du Monde. 

Le com­po­si­teur et joueur de oud Hus­sam Ali­wat pré­sen­te­ra Born Now le pre­mier album d’une musique émo­tion­nelle, ciné­ma­tique et dense, entre héri­tage orien­tal, poly­ryth­mies, nappes oni­riques, esprit inten­sé­ment rock et modu­la­tions jazz.

Hus­sam Ali­wat par­ta­ge­ra l’affiche avec Kan­dy Gui­ra et Taran­ta Lane­ra ! (sur invi­ta­tion dans la limite des places dis­po­nibles.) ¡ FRANCHEMENT !décou­vrez le pro­gramme complet.

En atten­dant la soi­rée du 21 sep­tembre, Hus­sam Ali­wat nous offre sa play­list com­men­tée de 10 de ses influences !

1. Wood­kid – High­way 27

« Dans la musique de Wood­kid il y a énor­mé­ment d’élé­ments qui pro­voquent toutes sortes d’é­mo­tions en moi. Dans ce mor­ceau en par­ti­cu­lier, il y a ses influences ciné­ma­to­gra­phiques mélan­gées à des sono­ri­tés élec­tro-acous­tiques pro­fondes et intenses qui entourent sa voix qui se balade entre plu­sieurs registres. »

 

2. Radio­head – These Are My Twis­ted Words

« Si on me demande avec quel artiste je rêve de col­la­bo­rer je dirais qu’il y en a plein, évi­dem­ment, mais j’ai un rêve fou : avoir la voix de Tom York sur l’une de mes com­po­si­tions ! A chaque fois que j’en­tends son timbre, j’i­ma­gine tel­le­ment de mélo­dies des­sus et ça m’ins­pire énormément.

 

3. Tay­lor The Crea­tor – New Magic Wand

« Je m’ins­pire beau­coup de ces rythmes et de cette puis­sance dans la musique, l’ar­ran­ge­ment et même le texte. Ça me donne envie de cou­rir, dan­ser, sau­ter et créer. Même si ma musique est ins­tru­men­tale, ça me donne envie d’ex­plo­rer l’a­jout de voix et de paroles à l’avenir. »
4. Gogo Pen­guin – To Drawn In You
« Le jazz fait tou­jours par­tie de mes plus grandes influences sur­tout quand la mélo­die est si belle et expres­sive. Je ne suis peut être pas un grand ama­teur de jazz lors­qu’il est majo­ri­tai­re­ment impro­vi­sé, mais ce qui me plait chez Gogo Pen­guin ce sont les belles mélo­dies, les arran­ge­ments et le jazz moder­ni­sé ouvert à d’autres styles et à de nou­veaux sons. Je retrouve ces élé­ments chez d’autres artistes ou groupes de jazz, dont Lars Daniels­son, ou le jeune groupe polo­gnais Immor­tal Onion entre autres. »
5. Bjork – Plu­to
« J’aime beau­coup le mélange entre les sons élec­tro­niques, la voix et les ins­tru­ments à cordes, presque clas­siques, chez Bjork. Ça m’ins­pire et ça me donne beau­coup d’i­dées à appli­quer dans mes propres créa­tions dans l’avenir. »
6. Apo­ca­lyp­ti­ca – Scream For The Silent 
« J’ai décou­vert Apo­ca­lyp­ti­ca après la créa­tion de mon pro­jet où je suis accom­pa­gné par deux vio­lon­celles et une bat­te­rie. Lorsque j’ai décou­vert leur musique à la fois très puis­sante et mélo­dique, j’ai été exci­té de trou­ver ces aspects que j’aime réunis. Les mélo­dies, les chan­ge­ments ryth­miques et les super­po­si­tions des rythmes, la puis­sance des vio­lon­celles, cha­cun dans son rôle, et le fait d’a­me­ner cet ins­tru­ment clas­sique dans un monde où on n’a pas l’ha­bi­tude de le voir… j’ai trou­vé tout ça génial ! Apo­ca­lyp­ti­ca est deve­nu une grande influence pour moi comme beau­coup d’autres artistes, dont des vio­lon­cel­listes qui osent sor­tir de leur école qui peut être des fois trop clas­sique ou trop carrée. »
7. Lars Daniels­son – Tak­sim By Night
« J’ai beau­coup appris de la musique de Lars en tant qu’au­di­teur mais aus­si col­la­bo­ra­teur dans son album Libe­ret­to IIICes belles com­po­si­tions, si sophis­ti­quées et à la fois très simples à écou­ter et plon­ger dedans, m’ont beau­coup appris en tant que com­po­si­teur. J’ai col­la­bo­ré avec Lars en 2016 en pleine créa­tion de mon pro­jet et de mon pre­mier album Born Now. C’est une ren­contre qui m’a beau­coup ins­pi­rée lors de la créa­tion de mon album et qui m’a ouvert l’es­prit au monde du jazz. »
8. Ode­zenne – Au Bac­ca­ra 
« Je ne sais pas à quel point ça m’ins­pire dans mes com­po­si­tions mais j’aime toutes les musiques qui me font sen­tir des choses, me trans­mettent des émo­tions et de l’éner­gie. La musique d’O­de­zenne me donne beau­coup de force quand je l’écoute.
9. La Chi­ca – La Loba
« Une voix et une musique très puis­santes. Ce pia­no très mini­ma­liste et à la fois très mar­quant. Ça com­mence avec seule­ment deux notes qui traînent entre deux octaves mais c’est tel­le­ment cap­ti­vant. Voi­là un super exemple pour mon­trer qu’une belle musique n’a pas besoin d’être très com­pli­quée ! Je trouve qu’on a bien besoin de diver­si­té, par exemple ici de la puis­sance fémi­nine, dans une indus­trie musi­cale contro­lée majo­ri­tai­re­ment par des hommes cis blancs. »
10. Tigran Hama­sian – Levi­ta­tion 21
« Depuis de nom­breuses années la musique de Tigran est une grande ins­pi­ra­tion pour moi. J’aime par­ti­cu­liè­re­ment ses rythmes com­plè­te­ment fous qui se baladent entre le hea­vy metal, le jazz et les mélo­dies très douces. »

Hussam Aliwat

Hussam Aliwat - © Clara Abi Nader
Hussam Aliwat - © Clara Abi Nader
Oubliez vos repères, vous n’avez encore jamais rien enten­du de sem­blable à BORN NOW, le pre­mier album du jeune com­po­si­teur et oudiste Hus­sam Ali­wat. Vous avez ici affaire à un pro­jet sans fron­tières, qui repousse les limites du oud et dépasse les clas­si­fi­ca­tions de genres.
Né au sein d’une famille pales­ti­nienne immi­grée au Qatar, le jeune Hus­sam trouve refuge dans l’apprentissage auto­di­dacte du oud à l’a­do­les­cence. Son ins­tru­ment devient alors son échap­pa­toire dans un monde où sa sen­si­bi­li­té n’a pas sa place. À tout juste 20 ans, le jeune artiste décide de quit­ter à la fois sa famille, sa culture, et ce pays qui l’a vu gran­dir, pour venir à la ren­contre de lui-même à Paris.
Libre de s’exprimer plei­ne­ment, Hus­sam Ali­wat se met alors à com­po­ser. Il en résulte un pre­mier album, BORN NOW (sor­ti le 18 octobre 2019) où il dévoile une musique émo­tion­nelle, ciné­ma­tique et dense.

Entou­ré de deux vio­lon­celles et d’une bat­te­rie, le oud de Hus­sam Ali­wat nous fait voya­ger au-delà des fron­tières géo­gra­phiques, abat­tant à la fois les limites de l’imagination et les murs entre les genres musi­caux. Peu importe que l’on soit plu­tôt récep­tif à la puis­sance du rock, à la com­plexi­té du jazz, ou aux mélo­dies orien­tales, la musique de Hus­sam Ali­wat sait cap­ti­ver notre atten­tion, avant de nous embar­quer pour un voyage aus­si sur­pre­nant qu’enivrant.

Après avoir enthou­sias­mé un Café de la Danse à gui­chets fer­més le 29 novembre 2019 pour la sor­tie de l’album, Hus­sam Ali­wat rejoint le pro­gramme d’accompagnement d’artistes de la SACEM, puis rem­porte le Prix du Jury du trem­plin Icart Ses­sion en mars 2020, ain­si que le concours Jazz à la Défense en octobre 2020. Il pro­fite actuel­le­ment de sa tour­née BORN NOW pour par­tir à la ren­contre de son public sur les scènes françaises.
Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.