#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
7ec3ad6b0eb8d65bd91947ef82ac65778ed85647

Songlines Music Awards 2021 : Liraz, Ayom, Siti Muharam, Jake Blount, Damir Imamović, Khusugtun & Bab L’ Bluz

Cette année la cérémonie des Songlines Music Awards se déroule virtuellement, elle est visible en streaming dimanche 12 décembre à 19.00. Présentée par Cerys Matthews, la cérémonie a présenté chacun des artistes nommés dans les neuf catégories, ainsi que les gagnants, qui avaient déjà été dévoilés.

S’ajoutent des performances des lauréats de l’année avec Ayom, Jake Blount, Bab L’ Bluz, Damir Imamović, Khusugtun, Liraz et Siti Muharam.

La cérémonie a aussi été l’occasion d’annoncer les lauréats des sections “Newcomers” (“Espoirs”) et “World Pioneer” (“Pionniers”) qui n’avaient pas encore été révélés : Alostmen et Omara Poruondo !

La cérémonie peut être visionnée ici, sur Facebook ou sur YouTube.

Meilleur Artiste - Liraz

Liraz est issue d’une famille juive-iranienne basée en Israël depuis les années 70. Son oeuvre est inspirée par la musique iranienne de l’ère pré-révolutionnaire. Elle fusionne des instruments traditionnels au rock, à la pop ou à l’électro. Son premier album Naz est paru en 2018, et deux ans plus tard elle plonge encore plus en profondeur dans le riche héritage de la musique persanne avec Zan (qui signifie “femmes” en persan). Le répertoire de l’album est varié : des poèmes Rumi mis en musique, des berceuses traditionnelles, ou des morceaux parfaits pour le dance floor. L’album est enrichi par des collaborations secrètes avec beaucoup de musiciens et musiciennes iraniens qui ont du rester anonymes du fait des différents politiques entre l’Iran et Israel.

 

Meilleur Groupe - Ayom

Les membres d’Ayom viennent d’Angola, du Brésil, de Grèce et d’Italie. La chanteuse et percussionniste Jabu Morales a quitté son Brésil natal en 2011 pour s’installer à Barcelone sans jamais laisser de côté la musique candomblé afro-brésilienne. Le groupe nait de sa rencontre avec l’accordéoniste italien Alberto Becucci et Timoteo Grignani, percussioniste ayant grandit en Grèce. Ils sont bientôt rejoints par le percussionniste angolais Walter Martins, le bassiste portugais-angolais Francesco Valente et le guitariste portugais-angolais Ricardo Quinteira. Leur musique mêle les musiques folk du Brésil, du Cap Vert de l’Angola et d’ailleurs, reliées par la connection afro-lusophone et une pointe de saveurs Méditerranéennes.

 

Afrique - Siti Muharam

Il y a plus de 90 ans, l’arrière grand-mère de Siti Muharam - Siti Binti Saad - devient la première chanteuse Est-Africaine à enregistrer de la musique. Figure légendaire à l’esprit rebel, Saad a sorti le taarab (et son mix d’influences arabes, swahili et indiennes) hors du palais du sultan pour en faire le son populaire de Zanzibar. 70 ans après sa mort, le joueur de oud Mohamed Issa Matona retrouve sa petite-fille Siti Muharam à la voix d’or et ils créent ensemble un album pour redonner vie au répertoire de Saad et mettre en lumière les talents cachés de Zanzibar.

En savoir plus sur Siti Binti Saad et sur les femmes dans la musique de Zanzibar.

 

Amériques - Jake Blount

L’album Spider Tales du violoniste et joueur de banjo afro-américain Jake Blount aborde les thèmes de la discrimination, des inégalités et de la retribution. Alors que son parcours musical commence dans des groupes punk et métal, le meurtre de Trayvon Martin en 2012 le choque profondément et l’incite à partir à la recherche de la musique de ses ancêtres esclaves (sa famille vient de Virginie où ses ancêtres furent esclaves dans les plantations). C’est alors qu’il découvre les racines afro-américaines du banjo des Appalaches et des compositions au violon, et décide de s’en emparer pour leur rendre hommage et les magnifier.

En savoir plus sur les racines afro-américaines de la musique country et du banjo.

 

Asie - Khusugtun

Les six musiciens de Khusugtun se sont rencontrés à l’Ensemble National Académique de Mongolie, unis par un intérêt pour le khöömii. Derrière l’arrangeur et compositeur Ariunbold Dashdorj, le groupe mêle ce répertoire traditionnel à la polyphonie occidentale et l’offre à connaître au plus grand nombre.

En savoir plus sur le chant khöömii.

 

Europe - Damir Imamović

Damir Imamović vient d’une famille de musiciens de Bosnie-Herzégovine du répertoire traditionnel sevdah. Son père Zaim Imamović était un musicien de folk bosnienne célèbre dans les années 40 et son père Nedžad Imamović est producteur, chanteur et auteur. Damir nait en 1978 et passe son adolescence sous le siège de Sarajevo où il apprend la guitare et le saz avec des maîtres sevdah. Son dernier album combien des classique sevdah et des compositions originales.

 

Fusion - Bab L’Bluz

Comme le dit la chanteuse Yousra Mansour au magazine Songlines : « Nous sommes avant tout un groupe de rock ! » Le groupe franco-marocain combine des loops gnawa hypnotiques à de la funk jouée sur instruments traditionnels (awicha et gimbri). Le chaabi marocain est rehaussé de trance contemporaine et de psych groove du 21 siècle. Des influences vastes et variées pour le groupe composé du joueur de gimbri français Brice Bottin, du flûtiste Jérôme Bartholomé et du batteur Hafid Zouaoui derrière de la chanteuse Yousra Mansour dont les hymnes à la liberté sont chantés en darija.

 

 

Newcomers” (“Espoirs”) : Alostmen

 

A la fin des années 2000, Stevo Atambire vit dans les rues d’Accra au Ghana depuis 6 ans lorsqu’il rencontre Wanlov the Kubolor (membre du duo FOKN Bois avec M3nsa Ansah). Atambire est alors un tout jeune adulte, mais sa maîtrise du kologo - un lute à deux chordes du peuple Frafra du Nord Ghana - captive déjà Wanlov et ils colaborent régulièrement.

La musique kologo est traditionnellement jouée pendant les funérailles, les cérémonies qui nomment les nouveaux nés ou d’autres regroupements. Tels des griots, les performeurs y racontent des histoires et font passer des messages : on y relaie des proverbes, on encourage à l’unité et au développement, on maintient les héritages des ancêtres en vie.

 

 

 

World Pioneer” (“Pionniers”) :  Omara Poruondo

Vétérane du Buena Vista Social Club, Omara est aujourd’hui agée de 90 ans. Au moment de la Révolution cubaine, Omara vient tout juste d’enregistrer son premier album Magia Negra. Sa soeur et leur amie Celia Cruz quittent l’île pour les Etats-Unis, mais Omara reste. Depuis elle a chanté avec tous les grands noms de la musique cubaine de Chucho Valdés à Los Van Van.

https://​www​.songlines​.co​.uk/​a​w​a​r​d​s​/​2​021

 

 

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.