Mory Kanté, le griot électrique s’est éteint.

La triste liste des dis­pa­ri­tions d’artistes majeurs ne cesse de s’allonger.

Ce ven­dre­di 22 mai nous appre­nons que le fameux griot élec­trique gui­néen Mory Kan­té vient de rendre son der­nier souffle dans un hôpi­tal de Cona­kry.

Il a été l’un des sym­boles de la world music. En 1987 son titre Yéké Yéké fut le pre­mier tube pla­né­taire écrit par un griot. Dans ce mor­ceau ven­du à des mil­lions d’exemplaires à tra­vers le monde, son chant tonique et son vif jeu de kora héri­tés de cette tra­di­tion mil­lé­naire de musi­ciens conteurs, ren­con­traient des rythmes et des arran­ge­ments aux cou­leurs de l’air du temps de cette époque.

Recon­nu en Afrique de l’Ouest depuis des décen­nies, il fut notam­ment l’un des musi­ciens du légen­daire Rail Band de Bama­ko aux côtés de Salif Kei­ta, il est arri­vé en France en 1984 où il rem­porte d’abord un suc­cès d’estime. Après Yéké Yéké (un mil­lion de singles et plus de 500 000 albums ven­dus), sa car­rière prend une dimen­sion inter­na­tio­nale. Alter­nant ou mélan­geant musiques tra­di­tion­nelles acous­tiques et métis­sages fou­gueux, il tourne sur les 5 conti­nents et crée régu­liè­re­ment de nou­veaux albums. Son der­nier, La Gui­néenne, date de 2012.

Mory Kan­té avait 70 ans et les causes exactes de son décès ne sont pas encore connues.

 

Mory Kan­té live en 2011 au fes­ti­val Mawa­zine (Maroc)

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.