#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media

Le Niger célèbre “Taya Day” en hommage à un des pionniers de la musique moderne nigérienne

Le nouveau bureau exécutif de l’Association Nationale des Auteurs Compositeurs et Interprètes et des Métiersde la Musique (ANACIMM) a commémoré le 23 Août à Niamey le 32èmeanniversaire du décès de l’artiste, compositeur, arrangeur, chanteur nigérien, Maï Manga Taya plus connu sous le nom de Elhadj Taya. Né en 1951 et décédé le 23 Août 1988, Elhadj Taya qui fut le premier président de l’ANACIMM, reste une référence de la musique moderne nigérienne, dont il est un des  pionniers.

Des prières pour le repos de l’âme du défunt artiste; des témoignages d’amis, compagnons et membres de l’Association Nationale des Auteurs Compositeurs et Interprètes de la Musique Moderne (ANACIMM); et des prestations musicales ont ponctué la cérémonie d’hommage à Elhadj Taya, dans l’enceinte du Centre de Formation et de Promotion Musicale qui porte son nom. À cette occasion, le parcours de Elhadj Taya a été rappelé depuis l’école normale de Zinder où il a suivi la formation d’instituteur, jusqu’à la création de l’orchestre «International de la Capitale», en passant les orchestres «Ambassadeurs», «Caravane». C’est avec l’orchestre «International de la Capitale» qu’il remporta le premier prix de la première édition du concours de musique moderne dénommé Prix Dan Gourmou en 1986.  Matal Malam dont on se souvient encore et d’autres titres de son répertoire ont été repris par les artistes lors de cette cérémonie d’hommage.

 

 

«Il s’agit de rendre hommage à un fils, une icône, un prédécesseur, car Elhadji Taya fut le premier président de notre association dénommée ANACIMM, dont nous avons la mission d’être les artisans de la renaissance », a déclaré le nouveau président du bureau exécutif de cette association, l’artiste, chanteur Issoufou Oumarou alias Pheno.

En plus de ses camarades et amis artistes avec lesquels il entretenait la flamme de la passion musicale, Elhadj Taya avait aussi le soutien et l’appui constant de son grand frère et mécène, Kazelma Taya, présent lors de cette cérémonie. L’artiste Elhadj Taya est décédé jeune, mais il a apporté à sa façon beaucoup pour son pays, qui l’a honoré en baptisant le Centre de Formation et de Promotion Musicale (CFPM Elhadj Taya) en son nom. « Pour nous artistes, il demeure une école de formation musicale, une discothèque, bref une source d’inspiration », a dit Pheno.

Crédit Photos : ABOUBACAR Magagi

Article : MediaCulture​.info pour Wassa’n Africa

 

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.