#ScèneFrançaise #AuxSons : Guiss Guiss Bou Bess, alliage ciselé de sabar sénégalais et d’électro éclectique

Les musiques élec­tro­niques et les rythmes tra­di­tion­nels se tournent autour depuis main­te­nant quelques décen­nies. Aux pos­tures un peu colo­niales qui ont sou­vent pré­si­dé aux pre­mières fusions – pro­duc­teurs occi­den­taux fan­tas­mant sur des musiques du grand ailleurs – ont suc­cé­dé les fruits de véri­tables échanges entre des artistes de cultures éloi­gnées, par­ta­geant émo­tions et connais­sance sur un pied d’égalité.

C’est le cas de Guiss Guiss Bou Bess, « La Nou­velle Vision » en wolof, qui est né de la ren­contre en 2016 du griot chan­teur et per­cus­sion­niste daka­rois Mara Seck et du Gre­no­blois Sté­phane Cos­tan­ti­ni, beat­ma­ker et doc­teur en science de la com­mu­ni­ca­tion. Mara est le fils d’Alla Seck, dan­seur remar­quable qui fut l’un des pivots du groupe Super Etoile de Yous­sou N’Dour, il apporte la tra­di­tion du sabar séné­ga­lais. Le sabar nomme à la fois une danse fémi­nine, les tam­bours qui la déclenchent et les évè­ne­ments fes­tifs qui en sont le cadre traditionnel.

Sté­phane habille sub­ti­le­ment les rythmes tra­di­tion­nels, en y ajou­tant des pul­sa­tions ins­pi­rées d’un large éven­tail de styles élec­tro­niques (house, dubs­tep, garage, drum’n’bass, afro­bass…) et en basant ses arran­ge­ments sur les tona­li­té des tam­bours. Au duo s’ajoute le per­cus­sion­niste Aba Diop vir­tuose du sabar comme du tam­bour d’aisselle tama et, sur scène et dans les clips, un couple de danseurs.

 

 

Les textes de Mara sont posi­tifs. Ils louent le pou­voir de la musique ou les qua­li­tés du plat natio­nal de riz au pois­son « tiep bou dièn », incitent au dia­logue entre les peuples ou ins­truisent sur le rôle d’entraide qui découle des enga­ge­ment de la confré­rie baye fall, à laquelle il appartient.

Guiss Guiss Bou Bess a notam­ment enchan­té les publics du Womex 2018 ou des Trans­mu­si­cales de Rennes en décembre 2019, mais leur tour­née 2020 qui devait notam­ment pas­ser par le fes­ti­val 2020 s’est réduite à peau de cha­grin suite à la pan­dé­mie de Covid-19.

Leur pre­mier album Set Sela (Bien­ve­nue) donne la juste mesure de leur « Nou­velle Vision », une irré­sis­tible et géné­reuse dyna­mique entre tra­di­tion séné­ga­laise et moder­ni­té globale.

Pho­to : © Jean-Bap­tiste Joire

 

 

Dans le cadre de la cam­pagne Sacem de sou­tien à la #Scè­ne­Fran­çaise, #Aux­Sons pro­pose pen­dant tout l’é­té 2020 des por­traits d’ar­tistes de dif­fé­rents horizons.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.