#AuxSons est un webmedia collaboratif, militant et solidaire
17 septembre 2020
-
Par l'atelier des artistes en exil
#56
Playlist de l’atelier des artistes en exil
#56

« Voici  une  sélection  musicale  qui  abolit  les  frontières  et  mélange  les  cultures  et  les   esthétiques.  Elle  réunit  des  morceaux  d’artistes  qui  viennent  des  4  coins  du  monde  qui  ont   fait  le  choix  de  l’exil  et  qui  essayent  de  se  reconstruire  à  travers  leur  art. »

 

1. Wael  Alkak  -­  Ladana  

Né  à  Jaramana,  ville  de  la  banlieue  sud  de  Damas  en  Syrie,  Wael  Alkak  est  diplômé  du  Conservatoire  de  Damas.   Il  s’initie  à  la  musique  populaire  syrienne,  pratique  le  bouzouk,  les  percussions,  le  saxophone  et  le  clavier,  avant   de  passer  à  la  composition  digitale.  Percussionniste  pour  l’Orchestre  national  syrien,  il  se  produit  avec  des   groupes  (funk,  acid  house,  folklore),  travaille  pour  le  cinéma  et  la  TV.        

 

2. Amari  Natura - Cumbia  Brava  

Née  à  Bogotá,  en  Colombie,  Amari  Natura  a  consacré  sa  vie  à  la  production  et  à  la  création  artistique,  ainsi   qu’aux  droits  des  femmes/naissances  et  ceux  des  indigènes.  Partie  vivre  au  Venezuela  à  l’âge  de  douze  ans,  elle  suit  des  cours  de  danse  à  l’Instituto  Universitario  de  Danza  (IUDANZA)  et  des  cours  de  chant  à  l’Instituto  Universitario  de  Estudios  Musicales  (IUDEM)  de  2005  à  2008  (UNEARTE).   Elle  entreprend  plusieurs  voyages  en  Colombie,  au  Brésil  et  en  Équateur  au  cours  desquels  elle  produit  et   participe  à  des  événements  culturels  pour  jeunes  en  difficultés.  En  adoptant  une  approche  ethnologique  lors  de  ses  enquêtes  auprès  de  populations  indigènes,  elle  transpose  leurs  danses  et  musiques  traditionnelles  en   performances  artistiques.  Depuis  2007,  elle  est  la  chanteuse  principale  pour  la  formation  musicale   Jahlfaomega.  En  tant  qu’activiste  pour  l’environnement  et  les  droits  des  femmes  et  à  cause  des  nouvelles   politiques  vénézuéliennes,  elle  se  réfugie  avec  sa  famille  en  France  en  2017.          

 

3. Touroumou  Touroumou, (Sory  Diabaté  «  Papus »  et  Tiphaine  Deligne)  Blessé   

Né  à  Kankan  en  Guinée,  Sory  Diabaté  «  Papus  »  apprend  la  musique  très  tôt  auprès  de  sa  mère  chanteuse  et  de   son  père  joueur  de  balafon.  Il  pratique  la  basse,  la  batterie,  la  guitare  et  le  chant,  est  également  arrangeur  et   compositeur.  Après  de  nombreux  concerts  en  Guinée,  la  tournée  de  l’album  de  Mamadou  Barry  le  mène  en   France  en  2005,  où  il  décide  de  s’installer,  en  quête  d’avancée  et  d’ouverture  musicale.  En  2018  il  se  met  à  la   guitare  pour  accompagner  le  balafon  de  Tiphaine  Deligne,  ils  fondent  donc  le  duo  Touroumou  Touroumou. 

   

4. Duet  Yayra  (Nasima  Shavaeva  et  Azamat  Abdurakhmanov)  -­  Mushawirek  Muqamidin   

Nasima  Shavaeva  est  née  à  Almaty,  au  Kazakhstan.  Chanteuse  de  culture  ouïghoure,  elle  signe  un  album  Sois   mon  étoile  avec  son  époux  Azamat  Abdurakhmanov,  se  produit  au  Théâtre  national  Koujamiarov  et  dans  des   ensembles  musicaux  ouïghours  en  Kirghizie,  Kazakhstan,  Ouzbékistan,  Chine  et  Espagne.  Elle  organise  des   événements  artistiques  pour  promouvoir  la  culture  ouïghoure.  Elle  collabore  avec  la  plasticienne  Ève  Chabanon   et  avec  Judith  Depaule  sur  le  spectacle  Disparu·e·s.   

 

5. Mijo  Capitaine  &  Doudou  -  Groove  #1  Life  Is  Good

Né  à  Kinshasa,  en  RDC,  Mijose  Mpuisani  est  pianiste  de  jazz,  funk,  afrobeat  et  musique  traditionnelle   congolaise.  Diplômé  de  l’Institut  Nationale  des  Arts  de  Kinshasa,  il  accompagne  des  artistes  congolais  (Azaya,   Jean  Goubald)  et  joue  aux  côtés  de  Fally  Ipupa  au  Stade  de  France,  à  l’Olympia,  au  Zénith  de  Paris  ainsi  qu’au   Nigéria  lors  du  festival  MTV  (Lagos)  et  en  Côte  d’Ivoire  au  Palais  des  Congrés  (Abidjan).    

 

 

6. Pap ­G  -­ Djomboudhé

Né  à  Labé,  en  Guinée,  Diallo  Mamadou  Dian  alias  Pap  G  commence  la  musique  par  le  rap  à  l’école.  Il   expérimente  le  reggae  au  Mali,  l’afrobeat  en  Gambie  et  se  produit  en  concert  avec  le  comédien  guinéen  Koto  Diawo  en  Guinée,  Gambie,  Sénégal  et  Côte  d’Ivoire.  Sa  rencontre  avec  le  musicien  Thierno  Mamdou  Bah  en  2015  l’initie  au  piano.  Il  compte  dix  singles  dont  le  clip  Bhe  Sikkouno  a  foolata,  en  featuring  avec  Koto  Diawo,   qui  compte  un  million  de  vues  sur  Youtube.            

 

7. Yacouba  Konaté  -  Lampa  Lampa  Passenger  

Né  en  Côte  d’Ivoire,  Yacouba  Konaté  quitte  son  pays  en  2010  et  transite  pendant  4  ans  au  camp  de   Choucha,  en  Tunisie.  Il  s’initie  au  chant  et  à  la  composition,  se  produit  en  concert  et  enregistre  un  premier   album,  Renaissance.  En  France  depuis  2016,  il  fait  l’accompagnement  musical  des  projections  du  film  Choucha  (dont  il  est  l’un  des  acteurs)  de  Djibril  Dialo  et  Sophie  Bachelier.  Il  se  produit  avec  Moriba  Koïta   au  festival  Solidays  2016.  À  l’atelier  des  artistes  en  exil,  il  fonde  le  groupe  Wary.        

 


8. Aida  &  Babak  -­  Kie,  Kie  Dar  Mizane

Née  à  Téhéran  en  Iran,  Aida  Nosrat  commence  sa  carrière  musicale  en  intégrant  une  école  de  musique  dès  son   plus  jeune  âge.  Elle  entreprend  l’apprentissage  du  violon  et  fait  partie  de  l’Orchestre  symphonique  de  Téhéran   de  1999  à  2006.  Elle  étudie  la  musicologie  à  l’université  des  sciences  et  de  la  pratique.  Avec  son  époux,  Babak   Amir  Mobasher,  également  musicien,  elle  forme  le  groupe  Manushan  en  2006,  développant  son  propre  style   de  musique. 

 

9. Cheriff  Bakala  -  Ici  C’est  l’Afrik  

Né  à  Kingoue  au  Congo  Brazzaville,  Chériff  Bakala,  de  son  vrai  nom  Martin  Net  Bakala,  est  auteur,  slameur,   acteur  et  chanteur.  Il  se  lance  dans  la  musique,  prend  goût  au  théâtre  et  s’intéresse  à  la  danse.  Il  crée  des   spectacles  musicaux  «  documentaires  »  :  Martin  Luther  King,  apôtre  de  la  non-­violence  (2012),  Sony  la  bombe  à   hydrogène  d’après  les  textes  de  Sony  Labou  Tansi  (2015)  et  Viva  Mandela  sur  le  combat  de  Nelson  Mandela   (2017).  Il  a  fait  partie  des  groupes  de  musique  Légitime  brigade  (hip-­hop)  et  FB  Stars  (folksong).     

 

10.  Oliverman  -­  Tora 

Né  à  Reims  en  France,  il  part  renouer  avec  ses  origines  à  Kinshasa  et  mener  des  recherches  sur  la  musique   congolaise.  En  1999,  il  fonde  le  groupe  SRK,  mélange  de  rap,  raga  et  reggae,  joue  à  Kinshasa,  Brazzaville,   Libreville.  En  2008,  il  se  lance  en  solo,  crée  le  style  Tape  Toke,  résultat  de  featurings  avec  la  scène  congolaise,   alliant  raga  et  ndombolo  (mix  d’électro  et  d’instruments  traditionnels  congolais).  En  2012,  il  sort  le  titre  Aller   Simple  avec  le  collectif  Mboka  na  mboka,  en  2014  le  mini  album  Lol,  et  en  2016  les  singles  Motema  mabe  et   Attendez.  Il  revient  en  France  en  2017  et  prépare  une  compilation. 

l'atelier des artistes en exil

© Sara Farid

Structure  unique  en  France,  l'atelier des artistes en exil a  pour  mission  d’identifier  des  artistes  en  exil  de  toutes  origines,   toutes  disciplines  confondues,  de  les  accompagner  au  regard  de  leur  situation  et  de  leurs   besoins  administratifs  et  artistiques,  de  leur  offrir  des  espaces  de  travail  et  de  les  mettre  en   relation  avec  des  professionnels  afin  de  leur  donner  les  moyens  d’éprouver  leur  pratique  et   de  se  restructurer.

Veuillez choisir comment vous souhaitez avoir des nouvelles du webmédia #AuxSons par Zone Franche:
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.