#AuxSons is a collaborative, militant and solidary web media
9e3376d0 Ac65 11ec 973b A338a5ba5185

Artistes face à la guerre : un devoir d’assistance sans frontières

La guerre est de retour en Europe et avec elle son lot de souffrances, de victimes et de réfugiés, un drame qui engage notre devoir de solidarité et de soutien total à l’égard de toutes celles et ceux qui le subissent. Parmi les victimes et les personnes menacées se trouvent les artistes.

Dans le cas de l’Ukraine, les artistes peuvent bénéficier du « Statut européen de protection temporaire ». Un dispositif exceptionnel qui leur permet de résider partout dans l’Union européenne pendant un an renouvelable et d’avoir accès au marché du travail, au logement, et à certaines aides (assurances maladie, prestations sociales, allocations de demandeurs d’asile, éducation des enfants). En outre, ils peuvent bénéficier en France du récent Fonds de soutien spécifique du Ministère de la Culture, d’un dispositif d’accueil d’urgence (via l’atelier des artistes en exil), et de résidences dans les lieux labellisés du programme PAUSE (accueil de scientifiques et d’artistes en exil dans des établissements d’enseignement supérieur et/ou de recherche et des institutions culturelles). Autant de possibilités bienvenues dont nous saluons la rapidité de mise en œuvre, l’engagement des personnels impliqués, et l’ampleur des moyens déployés.

Mais si l’on peut se féliciter que des artistes ukrainiens, ukrainiennes et russes dissidents puissent à juste titre bénéficier de modalités dérogatoires et de soutiens exceptionnels, pourquoi pas les autres ?

Pourquoi en effet ne pas les étendre à tous les artistes qui fuyant les guerres ou l’oppression des régimes totalitaires sont aujourd’hui réfugiés en France, qu’ils viennent d’Irak, de Syrie, du Yémen, du Mali, ou d’Afghanistan ?

Ainsi les artistes demandeurs d’asile ne peuvent aujourd’hui exercer leur art dès leur arrivée en France et doivent attendre l’issue de l’instruction de leur demande qui peut s’étaler sur plusieurs mois.

Comment également porter assistance aux artistes en danger dans le monde, conformément à la Convention de l’Unesco de 2005, dont la France est signataire, qui dans son article 17 plaide en faveur d’une « coopération internationale dans les situations de menace grave contre les expressions culturelles » ? Ce qui est le cas, par exemple, pour les Ouïghours du Xinjiang, victimes d’acculturation et de sinisation à marche forcée, de Pakistanais victimes de talibans qui proscrivant la musique ont assassiné de nombreux artistes, les femmes artistes étant particulièrement visées.

 

Depuis 2009 Zone Franche, le réseau des musiques du monde qui anime le média #AuxSons, coordonne par ailleurs le Comité Visas Artistes et se mobilise dans ce cadre en faveur de la circulation internationale des artistes et de leur accueil en France.

Aussi Zone Franche et #AuxSons appellent aujourd’hui les pouvoirs publics, les partenaires professionnels et institutionnels à se mobiliser pour mettre en place des modalités d’accueil identiques pour tous les artistes réfugiés sur le sol français (en exil, demandeur d’asile ou fuyant des zones de guerre) et pour une politique d’accès en urgence aux visas et Passeport-Talents à l’attention des artistes menacés partout dans le monde.

Car face à la guerre, notre devoir d’assistance doit être sans frontières.

 

En savoir plus sur les propositions du Réseau Zone Franche et les modalités concrètes du Passeport Talent pouvant être mobilisées pour offrir l’assistance aux artistes menacés par la guerre, qu’ils soient d’Ukraine ou d’ailleurs : http://​www​.zonefranche​.com/​f​r​/​a​c​t​u​s​/​c​o​m​m​u​n​i​q​u​e​-​d​e​-​p​r​e​s​s​e​-​a​r​t​i​s​t​e​s​-​f​a​c​e​-​a​-​l​a​-​g​u​e​rre 

Please choose how you want to receive news from our online media platform #AuxSons by Zone Franche
You can use the unsubscribe link included in the newsletter at any time. Learn more about managing your data and your rights.